Gala Impact 4

Guillaume Coudé expéditif

Guillaume Coudé a envoyé Richard Arsenault trois fois... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Guillaume Coudé a envoyé Richard Arsenault trois fois au tapis dès le round initial, hier, lors du gala Impact 4 présenté à l'hôtel La Saguenéenne.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guillaume Coudé n'a pas laissé traîner les choses contre Richard Arsenault, hier, lors du gala Impact 4 présenté à l'hôtel La Saguenéenne. Le Chicoutimien a envoyé son opposant trois fois au tapis dès le round initial ce qui a forcé l'arbitre à mettre fin au combat après le son de la cloche.

Guillaume Coudé a donc conservé sa fiche parfaite avec une sixième victoire en plus d'une nulle. Richard Arsenault a subi une première défaite après trois gains et une nulle. Le boxeur originaire de l'Île-du-Prince-Édouard a réussi à limiter les dégâts dans la minute initiale, mais supérieur à tous points de vue, Coudé l'a ébranlé trois fois plutôt qu'une avant la fin de l'assaut. La troisième fois, il est même passé entre les cordes du ring avant de retourner dans son coin en titubant. L'arbitre n'a donc pas hésité à mettre un terme au duel. Selon des officiels croisés en coulisse, Arsenault était mal en point dans le vestiaire.

Quelques minutes après ce sans faute, Guillaume Coudé se disait le premier surpris d'un résultat si expéditif. «Je ne réalise pas encore ce qui vient de se passer, a-t-il lancé dès le début de son point de presse improvisé.

« La qualité première d'Arsenault était son endurance. Il avait une douzaine de combats MMA et quatre professionnels à la boxe et il n'avait jamais visité le plancher et je l'ai envoyé trois fois. Je suis très content du travail accompli et j'étais très bien préparé. Dans le ring, je gère mieux mes émotions. Je suis plus calme et je suis plus à l'écoute », de noter le Chicoutimien.

Un titre canadien?

Après ce cinquième K.-O., Guillaume Coudé semble prédestiné à maintenant obtenir une visibilité nationale. Il pourrait même se battre pour le titre canadien d'ici 2016, ce qu'a confirmé son entraîneur Michel Desgagné. « Ça le place haut dans l'échelle », a-t-il indiqué.

« Est-ce que ça va arriver?, de se demander le principal intéressé. Je ne devrais peut-être même pas en parler. Je vais m'asseoir avec mon équipe et on va prendre le temps de bien choisir ce qui s'en vient. Chose certaine, j'ai montré ce soir que je boxais mieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer