• Le Quotidien 
  • > La Côte-Nord refuse d'être gérée par le Saguenay-Lac-Saint-Jean 

La Côte-Nord refuse d'être gérée par le Saguenay-Lac-Saint-Jean

La Côte-Nord semble unanime à dénoncer la récente réorganisation du ministère... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

(BAIE-COMEAU) La Côte-Nord semble unanime à dénoncer la récente réorganisation du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), qui donne au bureau du Saguenay-Lac-Saint-Jean la gestion du territoire de la Côte-Nord, avec la nomination d'un directeur conjoint.

Les élus de la région se sont montrés outrés par cette décision, qui fait perdre à la Côte-Nord encore un peu plus d'emprise sur son développement. «Je suis écoeuré de voir nos centres décisionnels être gérés par une autre région, ce n'est jamais l'inverse», a déclaré le député péquiste de René-Lévesque, Marjolain Dufour.

«Nous sommes la troisième région forestière au Québec, c'est inacceptable qu'on nous enlève notre autonomie dans un domaine aussi important pour la circonscription.»

Le préfet de la MRC de Minganie, qui parle de début du morcellement de son coin de pays, est tout aussi désabusé de la situation. «La politique d'austérité du gouvernement nous fait déjà mal et va nous faire mal à l'avenir, a lancé Luc Noël. On ne peut pas défaire des structures et nous laisser tout seuls dans notre coin, du jour au lendemain. Ce genre de décision va faire en sorte d'augmenter l'appauvrissement de la région.»

Même son de cloche du côté des gestionnaires fauniques. «C'est une insulte à la Côte-Nord que de lui enlever une partie de son autonomie en ajoutant un échelon hiérarchique supplémentaire, qui sera occupé par une personne située dans une autre région», clame Charles Pinard, président de l'Association des pourvoiries de la Côte-Nord.

Autre incongruité de cette réorganisation, selon la région, c'est que l'île d'Anticosti, depuis toujours rattachée administrativement à la Côte-Nord, sera désormais sous le giron du bureau du MFFP du Bas-Saint-Laurent. M. Pinard, tout comme M. Noël, juge cette décision inacceptable; tous deux lancent que si ce geste est posé en raison d'un manque de personnel en région, le Ministère a seulement à embaucher plutôt que d'éloigner les centres de décision.

Le Soleil a toutefois appris que le Ministère réétudierait possiblement la décision de transférer la gestion faunique et forestière de l'île d'Anticosti au bureau régional du Bas-Saint-Laurent. Luc Noël le souhaite ardemment et travaille en conséquence. «On ne peut faire du développement régional si on n'a pas les leviers de gestion et l'expertise, surtout dans le domaine forestier», a-t-il signalé en conclusion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer