Sentier mal entretenu dans le secteur du lac Jalobert

Réal Morin nie se servir de son poste

Réal Morin est à la fois administrateur du... (Archives Jeannot Lévesque)

Agrandir

Réal Morin est à la fois administrateur du Club Caribou-Conscrits et propriétaire de l'Auberge du km 31, sur les monts Valin.

Archives Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) L'administrateur du Club Caribou-Conscrits et propriétaire de L'Auberge du km 31, Réal Morin, nie se servir de ses fonctions pour vouloir nuire aux affaires de Luc Paré, propriétaire de La Chapelle du lac Jalobert.

Après avoir pris connaissance des accusations portées contre lui par M. Paré dans Le Quotidien d'hier, M. Morin estime que tout est faux sur toute la ligne.

Il confirme toutefois avoir rencontré M. Paré il y a environ trois semaines afin de discuter du paiement de sa cotisation pour l'utilisation du sentier L-200 qui n'aurait pas été payée l'an dernier.

En ce qui a trait à l'influence dont il pourrait se servir pour ne pas procéder à l'entretien de certaines sections de sentiers, M. Morin mentionne que l'an dernier, il y a eu bris d'équipement sur une surfaceuse de sorte que certaines portions n'ont pu être entretenues.

«Le club commence à entretenir tôt les sentiers. À un certain moment, le club vient qu'il manque d'argent. L'an passé, l'arrêt de l'entretien s'est fait le 22 mars. Je fais la différence entre la propriété de l'auberge et mon rôle d'administrateur. Les sentiers sont là pour tous. Je ne peux pénaliser personne. On aime bien mieux se faire dire que nos sentiers sont beaux que mal entretenus. »

Intervention

L'homme d'affaires mentionne que la semaine dernière, il est intervenu auprès des forestiers de la Coopérative Sainte-Rose pour que ces derniers procèdent à la sortie du bois récolté à partir de la route au kilomètre 41 plutôt qu'au 25 afin d'éviter trop d'inconvénients aux motoneigistes, ce qui a été accepté avec leur pleine collaboration.

Réal Morin a conclu en invitant le propriétaire de La Chapelle à s'impliquer dans le fonctionnement du club plutôt que de se prêter à des propos qui pourraient être diffamatoires. Visiblement, M. Morin n'a pas apprécié les propos tenus.

Dvilleneuve@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer