Le propriétaire d'un relais se dit victime de manoeuvres désavantageuses

Un sentier de motoneige mal entretenu

Le mauvais entretien du sentier menant à La... (Archives)

Agrandir

Le mauvais entretien du sentier menant à La Chapelle fait fuir les motoneigistes selon le propriétaire du relais, Luc Paré.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Luc Paré, le nouveau propriétaire du relais de motoneige La Chapelle, situé au lac Jalobert sur les monts Valin, craint que les jours de son commerce ne soient comptés en raison du comportement d'un administrateur du Club Caribou-Conscrits.

L'an dernier, M. Paré, un Beauceron d'origine, a décidé d'acquérir La Chapelle et d'y construire un bâtiment nécessaire à l'hébergement du personnel qui y travaille. Le relais du lac Jalobert est accessible en motoneige et la piste permet un accès en direction de la Côte-Nord. À sa première saison d'opération, M. Paré a constaté que la surfaceuse du club a cessé les opérations près de son relais à la fin février tandis que 100 kilomètres de sentiers ont continué d'être entretenus.

Depuis l'ouverture des pistes, M. Paré constate que l'entretien du sentier conduisant à son établissement n'a pas été effectué. En conséquence, le mauvais état de la surface n'incite pas la clientèle à se rendre au relais.

Selon M. Paré, il existerait un problème entre un administrateur du Club Caribou-Conscrits, en l'occurrence Réal Morin, qui est également propriétaire de l'Auberge du 31, située à quelques kilomètres à peine de La Chapelle et qui effectue également le déneigement hivernal de la route pour le compte de la ZEC Martin-Valin. «Il y a trois semaines, M. Morin est venu me rencontrer en me disant que les jours de mon commerce sont comptés puisque le club a l'intention de dévier la piste l'an prochain», a-t-il affirmé.

M. Paré soutient ne pas comprendre l'attitude de cet administrateur puisque son établissement n'offre pas de service d'hébergement, contrairement à l'Auberge du 31, et se limite à la vente d'alcool et d'aliments aux motoneigistes. «J'ai demandé à M. Morin pourquoi il voulait me tasser des monts Valin parce que je pense qu'il y a de la place pour tout le monde. Avec La Chapelle, j'ai de la misère à arriver. Pourquoi vouloir me tasser du circuit?» interroge-t-il.

Président du Club Caribou-Conscrits et ex-maire de Saint-David-de-Falardeau, Jean-Yves Dufour ne nie pas qu'il y a un problème avec un administrateur. «Lundi dernier, j'ai convoqué une réunion pour mettre des choses en règle», a mentionné M. Dufour.

Selon lui, la politique d'entretien des sentiers ne doit pas reposer sur le fait qu'un administrateur aime ou n'aime pas le visage de certains villégiateurs. Il n'est pas question, selon lui, d'entretenir les sentiers de façon différente en raison de critères personnels, conclut-il.

Du côté de la MRC du Fjord, la porte-parole, Ève-Marie Lévesque, a nié certaines informations à l'effet que l'Auberge du 31 bénéficie de droits exclusifs sur l'hébergement dans le secteur ou d'avantages financiers de la part de l'organisme.

Dvilleneuve@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer