Il fait face à plusieurs accusations

Belley en détention préventive

L'avocat en défense, Me Olivier Théorêt, explique à... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

L'avocat en défense, Me Olivier Théorêt, explique à Roger Belley la suite des choses.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) L'Ambroisien Roger Belley devra répondre à deux accusations de vol qualifié, de possession de métamphétamine et d'avoir rôdé la nuit.

L'individu de 53 ans a brièvement comparu vendredi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Il passera minimalement la fin de semaine derrière les barreaux pour les événements survenus au Canadian Tire et au magasin Archambault de Chicoutimi.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, Belley voulait commettre un vol à l'étalage. Il semblait se promener depuis quelques jours autour du magasin à grande surface de Place du Royaume à Chicoutimi.

«Selon la preuve qui nous a été transmise, nous pensons que la sécurité publique est mieux assurée par une détention préventive», a expliqué Me Jean-Sébastien Lebel, du bureau du directeur des poursuites criminelles et pénales, afin d'expliquer la détention de Belley.

«Il est accusé de deux vols qualifiés, d'une intrusion de nuit et de possession de métamphétamine. Heureusement, personne n'a été blessé, même si un couteau a été utilisé pour les deux histoires qui se sont passées dans la même journée», a-t-il ajouté.

Antécédents

Me Lebel confirme que Belley possède des antécédents judiciaires, ce qui explique en partie les raisons de la détention.

«Et compte tenu de la nature des événements, nous pensons qu'un juge devra se pencher sur l'opportunité de remettre monsieur en liberté. Il s'agit ici d'un vol qualifié, donc il y a eu utilisation de violence», de dire le porte-parole du ministère public.

En défense, Me Olivier Théorêt sait très bien qu'il ne pouvait remettre immédiatement son client en liberté. Il devra attendre quelques jours avant d'avoir l'occasion de convaincre le tribunal de la justesse d'une telle demande.

«Je suis confiant de réunir les garanties pour sortir mon client de la détention. Je sais que monsieur possède des antécédents judiciaires, mais ceux-ci remontent à plusieurs années. Je n'ai pas le détail des antécédents», précise Me Théorêt.

Roger Belley semble travailler à son compte pour faire des lavages de véhicules automobiles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer