Arrêté pour menaces de mort

Le Robervalois Yanick Routhier fait face à plusieurs chefs d'accusation, après... (Photo Facebook)

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(ALMA) Le Robervalois Yanick Routhier fait face à plusieurs chefs d'accusation, après avoir proféré des menaces à l'endroit de personnalités publiques sur Facebook.

Arrêté mardi dernier, l'homme de 38 ans a comparu, hier matin, au Palais de justice de Roberval, sous sept chefs d'accusation.

Routhier a été officiellement accusé de menaces de causer des lésions ou la mort du pape François 1er, la reine Elizabeth II, des militaires et des producteurs de jeux vidéo violents.

Philippe Couillard

Par ailleurs, l'individu doit aussi répondre d'une accusation pour avoir menacé d'utiliser la violence à l'endroit de Philippe Couillard dans le but de le forcer à faire une chose qu'il pouvait légalement s'abstenir de faire, soit déménager.

Sur sa page Facebook, il a aussi annoncé sa volonté de détruire les centres de détention, héritant du même coup d'un énième chef. Selon les informations fournies par le service des greffes du palais de justice de Roberval, Routhier est également accusé de possession de cannabis.

Détenu depuis son arrestation, l'individu représenté par Me Michel Loranger doit revenir au tribunal le 18 novembre.

«Compte tenu de la nature des accusations, il se trouvait dans un état relativement calme. Il ne semblait pas désordonné, mais nous n'avons pas pris de chance. Nous avons demandé une évaluation sur son aptitude à comparaître ", a confié l'avocat de la défense, en entrevue.

Détenu

Il reste détenu pendant ce temps et doit passer une évaluation psychologique.

C'est un citoyen qui a alerté les autorités, lundi, après avoir lu les nombreuses menaces diffusées sur internet.

«On a eu un signalement lundi de la part d'une personne qui a vu ces propos. Celle-ci a porté plainte et mardi, on a été en mesure d'obtenir un mandat de perquisition ", précise Jean Tremblay, porte-parole régional de la Sûreté du Québec (SQ).

Ce dernier rappelle d'ailleurs que ce genre de propos est pris très au sérieux par les services policiers.

«Proférer des menaces, peu importe l'intention, et que ça soit sur internet ou en personne, constitue un acte criminel. Tout propos haineux ou menaçant fera l'objet d'une enquête et son auteur sera retracé ", insiste Jean Tremblay.

Sa page Facebook était toujours active au moment d'écrire ces lignes. La menace concernant la reine était encore lisible. " La reine, je m'en occupe. Elle est déjà à genoux ", pouvait-on notamment lire.

Routhier avait également publié plusieurs images à connotation religieuse et d'autres plus violentes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer