Compostage à Saguenay

Le maire ne veut pas de «bac brun»

Jean Tremblay ne pense pas ajouter un troisième... ((Archives))

Agrandir

Jean Tremblay ne pense pas ajouter un troisième bac pour recueillir les matières compostables.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Sophie Gobeil
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, confirme qu'il n'y aura pas de «bac brun» pour les matières compostables, précisant toutefois que sa décision n'est pas encore prise quant aux méthodes à adopter pour recueillir ces matières résiduelles.

Jusqu'à maintenant, le tri mécanobiologique (TMB) semblait privilégié par l'administration municipale. Toutefois, la technologie présente plusieurs défauts.

«Notre décision n'est pas prise. Je sais qu'il y a des lacunes, en ce moment. Mais la technologie va évoluer. Nous, on n'est pas pressés», déclare le maire Tremblay en entrevue téléphonique. Il précise que l'administration municipale vérifiera les dossiers des villes ayant déjà installé le TMB avant de prendre une décision. Il ne pense pas ajouter un troisième bac pour recueillir les matières compostables. La technologie n'est pas suffisamment avancée, selon lui.

«Nous, on ne veut pas faire du compostage pour être obligé de l'enfouir après. M. Villeneuve a raison de dire que ce n'est pas extraordinaire [le TMB], mais on va voir ce qu'en pensent les experts», explique M. Tremblay.

«Il y a plusieurs solutions. Mon problème, c'est que ceux qui me présentent ces solutions ont des intérêts à défendre. Moi, là-dedans, je dois me demander: où est l'intérêt du citoyen?» souligne-t-il.

La sortie de M. Tremblay survient après la publication d'une chronique de Claude Villeneuve, biologiste et professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), au sujet de la position de la ville dans le dossier du compostage. Si le maire reconnaît que M. Villeneuve a raison sur plusieurs points, il relève toutefois que le biologiste n'explique pas que Saguenay présente l'un des meilleurs taux de récupération de la province, selon lui. M. Tremblay souligne qu'il se concentre sur le compostage efficace, qui doit coûter le moins cher possible. «Trois bacs, c'est encombrant. Si on trouve quelque chose pour arriver à deux, c'est mieux», exprime-t-il.

Pour l'instant, le maire de Saguenay ne pense pas prendre une décision à très brève échéance. «Ce n'est pas le moment, en période électorale, de prendre une décision sur un sujet comme ça. Après les élections, on ne sera pas en retard. On va décider tout ça de façon calme», affirme-t-il.

M. Tremblay précise que d'ici 2020, les matières organiques ne pourront plus être enfouies. En fait, seuls les déchets «ultimes», avec lesquels on ne peut rien faire, pourront l'être. D'ici là, toutes les villes du Québec devront se doter d'un système de récupération des matières compostables, conformément à l'exigence de Québec. Ce dernier offre des subventions pour un total de 650 M$ pour aider les municipalités à s'adapter à cette nouvelle exigence. Le programme de subventions couvre la biométhanisation et le compostage. Le maire Tremblay écarte tout de suite l'option de biométhanisation. Il précise que la Ville ira de l'avant avec une mesure de compostage des feuilles dès cette année. Ce sera la première initiative du genre pour Saguenay.

Asophie.gobeil@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer