Incendie dans un jumelé

Un incendie a éclaté vers 19 h 30, hier, au sous-sol du 1152, rue des... (Photo Jeannot Lévesque)

Agrandir

Photo Jeannot Lévesque

Partager

Sur le même thème

Catherine Doré
Le Quotidien

(La Baie) Un incendie a éclaté vers 19 h 30, hier, au sous-sol du 1152, rue des Peupliers, à La Baie. Le propriétaire était allé promener son chien lorsque des voisins ont aperçu de la fumée noire s'échappant du sous-sol du jumelé. À leur arrivée, les pompiers ont immédiatement contacté leurs confrères pour les aider à maîtriser le brasier. Personne n'a été blessé.

« La première équipe de pompiers a fait un très beau travail «, a souligné sur place Éric Lemay, chef aux opérations au service incendie de Saguenay.

« Le feu a commencé à percer le plafond du sous-sol, qui est du même coup le plancher du rez-de-chaussée, mais impossible de connaître l'étendue des dégâts. «

La deuxième partie du jumelé venait tout juste d'être vendue. La pancarte de l'agent immobilier était encore visible devant la maison. Son propriétaire se demandait s'il allait devoir abattre plusieurs murs pour faire disparaître toutes les traces de l'incendie de la partie adjacente.

À travers la fenêtre du salon, on pouvait voir une épaisse fumée grise envahir toute la résidence. Comme l'incendie était au sous-sol, les pompiers ont dû le combattre par l'intérieur. Masques au visage, ils se relayaient dès que la sonnette de leur bonbonne d'oxygène se faisait entendre.

« Les gars transportent 4500 livres d'air sur leur dos. La cloche embarque lorsqu'il reste le quart des réserves dans la bonbonne. Avec les nouvelles normes, ce sera lorsqu'il reste le tiers d'air «, explique M. Lemay.

« La durée d'une bonbonne varie d'un pompier à un autre. Un gars en forme, qui resterait assis, aurait pour environ une heure d'oxygène. Mais avec tous les efforts physiques que les gars font, à descendre les boyaux et tout, on parle plutôt d'une réserve de 35 minutes, maximum. Ils changent alors leur bonbonne et retournent au feu «, termine le chef aux opérations.

Au moment de mettre sous presse, hier soir, il était impossible de connaître les causes du brasier. o

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer