Une réelle opposition

Partager

Le Quotidien

Monsieur Bernard Généreux,

Préfet de la MRC Domaine-du-Roy,

Avant Noël, vous avez porté une charge en règle envers les opposants au projet de centrale à Val-Jalbert. Vous dites ne pas comprendre la demande pour la tenue d'un référendum dans la MRC et la communauté de Mashteuiatsh.

À la dernière réunion de la MRC, vous avez refait le «coup du dialogue de sourds» en levant sauvagement l'assemblée, comme au mois d'octobre, en disant n'accorder aucune crédibilité à notre démarche.

Visiblement frustré de nous voir encore debout dans l'adversité, vous nous accusez d'être un «mouvement de quelques dizaines de personnes qui entretiennent artificiellement l'opposition», un «groupe idéologique» qui continue à «faire de la désinformation auprès de la population». Nous ne pouvons demeurer muets devant ces affirmations.

Vous êtes un homme politique aguerri, très influent au niveau régional, et aussi en tant que président de la Fédération québécoise des municipalités du Québec. Ex-candidat de l'ADQ et du PQ, en contact avec les acteurs clés de presque tous les partis politiques provinciaux (dont Pauline Marois), vous caressez inlassablement le rêve de voir se construire des minicentrales hydroélectriques partout au Québec, surplus énergétiques ou non. Vous avez développé toute une «idéologie» pour convaincre les plus sceptiques, au risque de faire vous-même de la désinformation.

En 2002, vous avez vécu une déception à la suite de la décision d'Hydro-Québec de rejeter le projet de minicentrale (privée) sur la rivière Métabetchouan, à Saint-André. Vous considériez que Québec avait floué votre MRC et manqué de respect envers la population et les élus de celle-ci. Vous digériez mal que Québec ait préféré écouter les opposants au projet, alors que la MRC s'est pliée à toutes les exigences gouvernementales dans ce dossier. Votre frustration ne fut que décuplée par l'abandon, par Bernard Landry, du programme des petites centrales privées. Pas surprenant de vous avoir vu ensuite vous transformer en ardent allié de Jean Charest pour un programme «public» de minicentrales, et de constater actuellement votre empressement à faire aboutir, malgré de nombreuses anomalies alléguées et un rapport d'un BAPE complaisant, le projet de Val-Jalbert. Perdre Val-Jalbert serait pour vous un cuisant échec, et nous le comprenons.

À l'évidence, en utilisant tous les moyens légitimes pour expliquer notre point de vue, et en allant chercher de plus en plus d'appuis pour démontrer que ce projet est ni voulu, tant en région que partout au Québec, ni rentable à long terme, nous devenons un sérieux obstacle à votre plan de match. Malheureusement, le discrédit est maintenant devenu votre arme.

Vous auriez voulu que nous manifestions notre opposition dès le départ ? Les pré-consultations représentaient un outil marketing qui, sous forme de tables rondes thématiques, ne favorisaient pas l'inclusion des opposants, puisqu'il s'agit de discussions pour mousser l'acceptabilité sociale du projet. Y participer sous-entendait qu'on est en accord avec le projet. Nous ne le sommes pas. Et c'est notre droit.

Lorsque vous affirmez que le rapport de pré-consultations concluait que la population ne s'oppose pas au projet, vous faites donc une fausse affirmation. On l'a bien vu avec Val-Jalbert, les réelles rencontres d'information ont commencé au BAPE, et à partir de là l'opposition publique s'est manifestée plus intensément.

Un sondage régional démontrait récemment qu'une majorité de citoyens est contre le projet. Cette opposition sort maintenant des limites régionales. Trois partis politiques (CAQ, Québec solidaire et Option nationale) se prononcent aussi contre le projet. Des groupes environnementalistes représentant 150 000 membres à travers 500 groupes fédérés se sont joints aux opposants régionaux. Plus de 5000 signatures ont été recueillies via diverses pétitions, dont l'une sur le site de l'Assemblée nationale. Vous êtes vraiment de mauvaise foi pour parler d'opposition artificielle !

Pour justifier l'acceptabilité sociale à votre projet et votre refus catégorique devant une demande pour la tenue d'un référendum, vous affirmez que le débat a été clos avec les résultats sur les règlements d'emprunt en 2011, bien avant de nouveaux faits troublants révélés depuis ce temps par une multitude d'acteurs. Vous préférez, comme le gouvernement qui vous soutient, les ignorer, les enterrer.

Dans l'avis aux populations des MRC impliquées on ne mentionnait pas la chute ni la réduction du débit de la chute. On mettait plutôt l'accent sur l'appui très élevé de la population (selon les pré-consultations). Puis, la discussion s'orientait vers les retombées économiques et financières et la gestion du risque (impacts financiers).

Vous faites miroiter des profits régionaux de 90 M$ sur une période de 25 ans, alors que la vérité selon nous est que, dans l'état actuel du marché de l'électricité, Hydro-Québec subira des pertes annuelles de 5 M$, soit 80 M$ sur 20 ans, période où va s'échelonner le contrat signé avec le promoteur, la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean. Cela, la population l'ignorait au moment de l'émission de l'avis. Et vous nous accusez de faire de la désinformation ?

Que dire de l'absence de consultation à Mashteuiatsh, alors que, admettez-vous fièrement, la première ministre Marois vante maintenant le caractère «innovateur» du projet  avec les Autochtones ?

Finalement, la population était invitée à signer le registre durant une période d'une seule journée, en milieu de semaine (mardi), essentiellement durant les heures de bureau. Vingt-six personnes ont pu se déplacer dans Domaine-du-Roy, et six citoyens ont pu s'inscrire au registre dans la MRC Maria-Chapdelaine.  Les portes de l'hôtel de ville de Dolbeau étaient même fermées avant 19 heures ! Si les modalités avaient pu être différentes, peut-être aura-t-il pu y avoir une participation citoyenne plus représentative de l'opinion publique. Nous pourrions alors parler de vraie démocratie.

Pierre Leclerc

Fondation Rivières

Membre de la Coalition pour la sauvegarde de la Ouiatchouan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer