Le parti de Val-Jalbert

Partager

Sur le même thème

Le Quotidien

L'erreur est humaine, dit-on... J'aimerais le rappeler, après m'être laissée emporter, en manque d'information, par ma passion pour un lieu fascinant, un site historique qui m'est cher, Val-Jalbert.

J'ai découvert cette ancienne cité ouvrière il y a quelques années, lors de mon premier séjour au Québec. J'étais sous le charme du pays du Lac-Saint-Jean et l'on m'a aimablement guidée dans les rues du «village fantôme», jusqu'à la superbe chute d'eau de la Ouiatchouan.

J'étais là-bas en visiteuse, toujours en quête cependant d'inspiration, et les eaux argentées de la cascade, l'imposant bâtiment du couvent-école ont fait leur oeuvre. Ce jour-là, tout un passé, ressurgi par le petit miracle de l'imagination, m'a enveloppée, grisée et j'ai su que j'écrirais un roman dont Val-Jalbert serait le décor, le cadre enchanteur. Ainsi est né «L'enfant des neiges», mon enfant chérie... Et les titres suivants de la saga.

Je ne raconte pas l'anecdote par hasard. Récemment, des «amoureux du site» m'ont contactée. Il était question d'un projet de centrale sur la Ouiatchouan, nécessitant des aménagements susceptibles de nuire à la beauté préservée des lieux, projet auquel ils s'opposaient. Moi qui venais fidèlement à la rencontre de mes personnages dès que je le pouvais, moi qui m'extasiais des reconstitutions historiques organisées par des passionnés de Val-Jalbert, j'ai foncé tête baissée dans le rang des opposants à ce projet, sans avoir de renseignements précis, sans même m'interroger sur la finalité des choses.

C'était l'auteure éprise de patrimoine et l'esprit plein de rêves qui protestait, inquiète, surprise, tellement désemparée. Mais c'était une erreur, une grave erreur, je l'ai compris grâce aux explications d'autres «amoureux du site», la formidable équipe chargée de la mise en valeur de mon cher village fantôme, de sa sauvegarde, de sa renaissance.

Au fond, je ne prends qu'un parti, désormais, celui de Val-Jalbert, et j'accorde une entière confiance aux dirigeants de ce merveilleux site et à toute leur équipe, qui se dévouent depuis longtemps pour ce lieu unique. Il ne faut pas demander aux écrivains, si souvent plongés dans des univers parallèles, de faire preuve de logique, de matérialisme. Je tenais à le préciser, et à signifier que je respecte autant les opposants que les partisans de ce projet.

Mais à la lumière des informations que j'ai pu obtenir, je suis certaine maintenant que rien n'entachera la poésie du site de Val-Jalbert, que la cascade chantera encore pour le plus grand bonheur des visiteurs et qu'il faut savoir, parfois, s'adapter aux exigences de notre époque surtout si elles sont sans danger.

Marie-Bernadette Dupuy, auteur

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer