Amphithéâtre: de fontaine de 1,8 million $ à jeux d'eau

La Ville de Trois-Rivières a modifié son avis... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville de Trois-Rivières a modifié son avis de motion sur ce projet de 1,8 million $ sur l'esplanade de l'amphithéâtre Cogeco en remplaçant le terme fontaine par celui de jeux d'eau.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières est catégorique. La Ville n'a pas l'intention d'aménager une fontaine de 1,8 million $ sur l'esplanade de l'Amphithéâtre Cogeco. Yves Lévesque a affirmé, selon la définition de l'Office québécois de la langue française, qu'il s'agissait en réalité de jeux d'eau.

Jean-François Aubin... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Jean-François Aubin

François Gervais

Ce projet était à l'ordre du jour de l'assemblée publique du conseil municipal de lundi soir. Alors que le projet de règlement mentionnait une fontaine, la Ville l'a retiré quelques instants avant la tenue de l'assemblée. Ce point a alors été remplacé par un avis de motion concernant des jeux d'eau. 

Le maire Yves Lévesque assure toutefois que ces jeux d'eau, qui s'inspirent de ceux aménagés devant le flambeau de la place Pierre-Boucher, seront payés entièrement par des subventions. Il indique de plus que le montant de 1,8 million représente l'ensemble du projet.

Les jeux d'eau devraient coûter près de 740 000 $, alors que le reste du budget sera destiné notamment à l'aménagement du site, comme l'installation du pavé uni. De plus, la fontaine - ou jeux d'eau selon la définition de la Ville - prévue sur la rue Hart sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent ne sera pas construite. 

Le conseiller municipal de Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin, estime qu'il y a eu suffisamment de fonds publics injectés dans l'amphithéâtre. L'élu qui représente ce secteur de la Ville a déjà manifesté son intention de voter contre le projet de règlement concernant les jeux d'eau. 

De son côté, le maire estime qu'il est malhonnête d'associer l'aménagement du parc de l'esplanade au coût total pour la construction de l'amphithéâtre. Il soutient que la construction de l'infrastructure culturelle a respecté le budget et que les autres aménagements, comme les jeux d'eau, ne doivent pas être inscrits sur la facture de l'amphithéâtre. 

Yves Lévesque espère que ces jeux d'eau vont permettre d'attirer de jeunes familles dans le parc de l'esplanade de l'amphithéâtre.

«Les familles recherchent la qualité de vie. C'est beau de voir des retraités fréquenter l'esplanade de l'amphithéâtre, mais nous voulons aussi qu'il y ait des familles. Nous voulons attirer les familles dans ce parc pour qu'elles viennent piqueniquer, faire du vélo et se rafraîchir dans les jeux d'eau», affirme le maire. 

«Nous avons fait six jeux d'eau ces dernières années dans les parcs de la ville. Et il s'agit des investissements les plus rentables. Ils attirent beaucoup de monde. Les résidents de ce secteur n'ont pas tous les moyens et le terrain pour avoir des piscines.» 

Le conseiller du secteur, Jean-François Aubin, espère que les médias et la population ne sont pas «dupes» à l'égard du changement de terminologie de la Ville.

«Est-ce qu'on a déjà avant aujourd'hui parlé de l'amphithéâtre comme d'un espace famille? Jamais, jamais, jamais», a-t-il affirmé après l'assemblée publique.

«On en parle aujourd'hui, parce que ça l'aide à faire passer un aménagement, une fontaine avec des jeux d'eau, qui va coûter 1,8 million $ et qui s'ajoute à l'argent qu'on a déjà investi dans ça.»

Le conseiller de Marie-de-l'Incarnation soutient également qu'il y a déjà des jeux d'eau sur l'allée des Commissaires, située également sur Trois-Rivières sur le Saint-Laurent.

«Des jeux d'eau ont fait ça dans des parcs, dans des endroits où il y a déjà des résidences. Là, on va faire des jeux d'eau en fonction des résidences qui vont peut-être être là un jour. Ça ne marche pas», a-t-il dénoncé. «Les condos, c'est long à lever. À quel moment allons-nous voir des résidences là?»

Par ailleurs, Jean-François Aubin ne croit pas que les résidents du quartier Sainte-Cécile ont besoin de ces nouveaux jeux d'eau. «Ils vont déjà sur l'allée des Commissaires. Et ils aimeraient mieux avoir des rabais pour les piscines pour s'y baigner», a-t-il ajouté en invitant les citoyens opposés à ce projet de 1,8 million $ de le manifester à leur conseiller municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer