Abandon de la fluoration: «Un grand jour pour la démocratie»

Valérie Renaud-Martin et Joan Hamel de la Coalition... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Valérie Renaud-Martin et Joan Hamel de la Coalition trifluvienne pour une eau très saine se sont réjouies de l'adoption de la résolution abandonnant la fluoration de l'eau potable.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les représentants de la Coalition trifluvienne pour une eau très saine (CTETS), qui milite depuis près de sept ans pour l'abandon de la fluoration de l'eau potable à Trois-Rivières, avouent avoir été très surpris lundi matin d'apprendre la soudaine volte-face de la Ville en ce qui concerne la fluoration. La CTETS accueille cette décision comme une immense victoire.

«On tombe en bas de notre chaise. C'est un revirement auquel on ne s'attendait pas, mais c'est aussi un grand jour pour la démocratie. C'est la preuve que l'action citoyenne peut réellement faire une différence quand on décide d'y mettre les efforts», a indiqué Joan Hamel, porte-parole de la CTETS.

Mme Hamel ne peut toutefois pas s'empêcher d'y voir aussi une stratégie électorale de la part du maire, alors que la Coalition avait mis beaucoup de pression sur les conseillers municipaux en faveur de la fluoration.

«Avec le remaniement des districts, deux conseillers pro-fluor allaient partir. Aux prochaines élections, il y aurait eu assurément plus de conseillers contre la fluoration que de conseillers en faveur autour de la table. Avec un nouveau vote, le programme aurait été abandonné de toutes façons. C'est ce qu'on faisait valoir dans nos démarches, que c'était un gaspillage éhonté de fonds publics qui allait forcément finir par être abandonné dès la formation du prochain conseil», rappelle Joan Hamel.

Malgré l'adversité et les nombreuses mésententes publiques entre la CTETS et le maire Yves Lévesque, Joan Hamel a tenu à saluer la décision du premier magistrat. «Je veux le féliciter et le remercier. Ça a été une bataille de plusieurs années et je crois qu'aujourd'hui, c'est toute la population qui est gagnante», signale-t-elle. 

Depuis sept ans, la CTETS avait multiplié les démarches pour faire valoir son point, non seulement auprès du conseil municipal, mais aussi de l'ancien conseil, en plus des élus provinciaux, tant les députés locaux que les représentants du ministère de la Santé et du ministère de l'Environnement. 

La CTETS était aussi à l'origine d'une pétition réclamant l'abandon de la fluoration et qui a recueilli près de 20 000 signatures à Trois-Rivières.

Lors de la réunion du conseil, lundi soir, la Coalition a fait savoir que son action ne s'arrêterait pas là, mais qu'elle comptait désormais mettre son expertise au service des citoyens d'autres villes qui souhaiteraient voir le programme de fluoration être abandonné. 

Par ailleurs, elle veut travailler de concert avec le ministère de la Santé pour mettre de l'avant des mesures de prévention de la carie dentaire qu'elle estime beaucoup plus efficaces et plus ciblées, notamment pour les jeunes enfants dans les milieux scolaires.

Le fil des événements

Juillet 2009

La Ville de Trois-Rivières entame des travaux majeurs à son usine de filtration et cesse la fluoration le temps des travaux. 

2012

Février - Le conseil municipal se prononce à 10 voix contre six en faveur de la reprise de la fluoration de l'eau potable une fois les travaux terminés à l'usine de filtration. 

Novembre - Un premier contrat de 60 000 $ est octroyé à la firme Pluritec pour la surveillance des travaux d'installation des nouveaux équipements servant à la fluoration de l'eau potable.

2013

Mars - Les conseillères Sylvie Tardif et Françoise Viens demandent un moratoire sur la fluoration de l'eau potable à Trois-Rivières, afin d'attendre les conclusions des travaux de la commission parlementaire.

Avril - L'Assemblée nationale tient une commission parlementaire sur la fluoration de l'eau potable. Elle recommande le maintien du programme mais l'acceptabilité sociale est une condition essentielle.

2014

Février - Dans un vote divisé à neuf contre sept, le conseil municipal dit oui à la reprise de la fluoration. 

Octobre - La ville de Richmond abandonne la fluoration de l'eau potable. 

Décembre - La ville de La Prairie abandonne elle aussi la fluoration de l'eau potable. 

Il ne reste plus que six villes au Québec dont l'eau est fluorée, soit moins de 3 % de la population de la province.

2015

Juin - Le conseiller François Bélisle relance l'idée d'une consultation populaire. 

Juillet - La Ville demande au ministère de faire la démonstration que l'acceptabilité sociale est atteinte. 

2016

Septembre - La CTETS demande un moratoire d'urgence. La pétition de la CTETS cumule tout près de 18 000 signatures. 

21 novembre - La Ville abandonne l'idée de fluorer son eau potable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer