Vers un surplus de 3,2 M$ à Trois-Rivières

Dans son rapport sur la situation financière, la... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans son rapport sur la situation financière, la Ville de Trois-Rivières indique que les surplus résultent de la vigueur économique qui a permis de générer des revenus de taxes et de droits de mutation supplémentaires.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'exercice financier 2016 de la Ville de Trois-Rivières devrait se conclure, si tout va comme prévu, avec un surplus budgétaire estimé à 3,2 M$. C'est ce qu'on apprend dans le Rapport sur la situation financière de la Ville, qui a été déposé lundi soir au conseil municipal par le maire suppléant, René Goyette.

Selon ce qu'on comprend du rapport, ces surplus seraient attribuables à la vigueur économique qui a permis de générer des revenus de taxes et de droits de mutation supplémentaires. 

Bien que l'exercice financier ne soit toujours pas complété, il est habituel pour le conseil municipal de faire rapport à ce temps-ci de l'année de l'état des finances et des prévisions à venir, alors que le maire et les conseillers s'apprêtent à entrer en période de travail intensif à l'élaboration du budget 2017 dans les prochains jours.

Le conseil devrait d'ailleurs débuter son lac-à-l'épaule le 18 novembre prochain, alors qu'une rencontre a déjà eu lieu il y a dix jours pour l'élaboration du Plan triennal d'immobilisations (PTI). 

Si l'on se fie aux anciens rapports sur la situation financière de la Ville, on constate que les prévisions de surplus budgétaires se sont toujours avérées très conservatrices par rapport aux surplus réels dégagés lors des exercices financiers.

En 2015, le surplus anticipé avait été de 4,5 M$ alors que le surplus réel présenté dans les états financiers consolidés était d'un peu plus de 12 M$.

Le conseil municipal a déjà fixé de nombreuses lignes directrices pour la poursuite de ses décisions l'an prochain, dont de nombreux enjeux administratifs. Parmi ceux-ci, la Ville veut limiter la croissance du budget par le maintien d'une saine gestion du risque, un questionnement des budgets «historiques» et de bonnes pratiques administratives.

Elle souhaite aussi poursuivre ses façons de faire dans un principe d'optimisation des ressources ainsi que réviser chaque mouvement de personnel ou vacance de poste.

Par ailleurs, au 31 décembre 2016, la dette totale de la Ville devrait se situer à 339 867 317 $, comparativement à 344 803 499 $ au 31 décembre 2015. La partie à la charge de l'ensemble de la Ville passerait de 248 028 450 $ à 247 770 500 $. Le ratio d'endettement à l'ensemble par rapport à la richesse foncière uniformisé est donc de 2,22 %, en-deça du 2,5 %.

Le maire suppléant a aussi fait connaître les enjeux de développement et de construction des infrastructures municipales pour l'année à venir.

Évidemment, l'octroi du contrat pour la construction du nouveau colisée au District 55 figure en tête de liste. On comprend aussi que l'aménagement autour de l'Amphithéâtre Cogeco, notamment par l'installation de fontaines et de jeux d'eau, sera complété en 2017. Le conseil entend aussi s'accorder des budgets adéquats au maintien des réseaux d'infrastructures de voirie, d'ouvrages d'art, d'égout pluvial et sanitaire et d'aqueduc.

Finalement, le conseil municipal note que d'importants travaux seront à prévoir en 2017 pour restaurer le stationnement de l'autogare du centre-ville. Il n'a cependant pas encore été possible de chiffrer l'ampleur de ces travaux à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer