Hausse de 8,6 % des prix de vente des maisons

Les prix de vente des maisons à Trois-Rivières... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les prix de vente des maisons à Trois-Rivières ont fait un bond de 8,6 % en un an.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dans l'ensemble à Trois-Rivières, les activités du marché immobilier résidentiel demeurent positives, avec des prix de vente qui ont connu une hausse de 8,6 pour cent par rapport à la même période en 2015.

En effet, le prix médian pour l'agrégat des différents types de propriétés dans la région se situe dorénavant à 188 914 $. Voilà ce que révèle l'étude de Royal LePage publiée jeudi.

«Nous constatons une diminution de l'inventaire des propriétés dans le secteur de Trois-Rivières pour le troisième trimestre 2016, qui s'explique par une augmentation des ventes et une diminution du nombre d'inscriptions», indique Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Mauricie.

Selon lui, les prix actuels du marché immobilier à Trois-Rivières permettent tant aux vendeurs qu'aux acheteurs de faire de bonnes affaires.

«On remarque également qu'une partie du bassin d'acheteurs est constituée de Trifluviens qui, après avoir fait carrière à Montréal ou à Québec et fait une somme intéressante lors de la vente de leurs propriétés, effectuent un retour au bercail et réinvestissent dans une propriété au sein de leur ville natale», précise-t-il.

L'étude montre qu'à Trois-Rivières, le prix médian des maisons à deux étages a fait un bond de 12,2 pour cent, pour s'établir à 207 238 $. Celui des maisons de plain-pied a quant à lui connu une augmentation de 6,0 pour cent, pour s'établir à 173 742 $, par rapport à l'année 2015. L'étude indique également que les ventes des maisons de plain-pied ont augmenté de 2,2 pour cent et les ventes des maisons à deux étages ont explosé de 54,6 pour cent.

M. Leblanc explique cette hausse par le retour des beaux jours, mais plus particulièrement par le fait que la région renoue avec une croissance économique.

«Contrairement à ce que la ville a connu depuis plusieurs années, Trois-Rivières n'a subi aucune fermeture d'usines lors des six derniers mois et le taux de chômage s'est maintenu sous la barre des 7 pour cent. De plus, l'installation prochaine d'une usine de transformation de porcs va occasionner la création de 350 emplois.

Un vent d'optimisme souffle sur la région, avec l'installation continue de petites entreprises sur les deux rives. C'est sans compter l'important flot de touristes qui ont visité la ville au cours de la saison estivale et qui a été grandement bénéfique au plan économique», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer