La fluoration, sujet «tabou» au conseil municipal

Il y a des sujets qui sont maintenant «tabous» lors des assemblées publiques de... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il y a des sujets qui sont maintenant «tabous» lors des assemblées publiques de la Ville de Trois-Rivières. Lorsqu'il est question des travaux à l'usine de traitement des eaux, donc de l'épineuse question de la fluoration, la tension monte dans la salle du conseil.

Dès l'ouverture de l'assemblée, le maire Yves Lévesque a déclaré qu'il ne répondrait pas aux questions concernant la fluoration. «Je l'ai déjà dit, c'est un dossier clos. Un moment donné, ça devient redondant», a-t-il affirmé.

Les élus ont modifié un règlement adopté en juillet dernier concernant la réfection du réservoir d'eau situé au 600 de la rue des Érables. En raison de nouveaux travaux à réaliser, cette modification du règlement décrète désormais un emprunt de 17 millions $, soit deux millions de plus que prévu.

«Ces investissements serviront à mieux desservir l'est de la ville en eau potable», a précisé le maire de Trois-Rivières. «Lorsque nous sommes en période de sécheresse, nous avons besoin de réservoirs.»

Un citoyen soutenant payer beaucoup de taxes a questionné la pertinence de ces dépenses de 17 millions $ pour le réservoir de la rue des Érables. «Pensez-vous qu'on est heureux de payer 17 millions? Non, mais il faut le faire», a ajouté le maire.

Par ailleurs, le conseil municipal a accepté la plus basse des soumissions conformes reçues pour la réalisation de travaux à l'usine de traitement des eaux de même que pour l'installation d'équipements. 

Le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, précise que ces travaux concernent principalement la prise d'eau dans la rivière Saint-Maurice. De plus, des équipements pour la fluoration seront installés.

L'entreprise qui avait la plus basse des soumissions estime qu'elle réalisera les travaux pour 5 711 641 $. La Ville indique qu'il s'agit d'une diminution de 100 000 $ par rapport aux estimations initiales. De plus, les équipements pour la fluoration représentent un montant de 698 000 $ dans cet emprunt. «L'ensemble des coûts de ces équipements seront par ailleurs remboursés par Québec», soutient Yvan Toutant.

Lors de l'assemblée publique du 4 juillet dernier, la Ville avait adopté une résolution invitant le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec «à prendre les moyens nécessaires pour consulter les Trifluviens et l'informer que la nécessaire condition de l'acceptabilité sociale a été rencontrée pour la fluoration de son eau potable».

Joan Hamel de la Coalition pour une eau très saine a demandé au maire si les citoyens pouvaient compter sur la Ville pour les informer des moyens qui seront pris pour respecter cette résolution. Yves Lévesque a répondu que la Ville allait «regarder ça attentivement».

À ce sujet, les élus trifluviens ont rencontré lundi le Dr Horacio Arruda, le directeur national de la santé publique et le directeur par intérim de la direction régionale. Celui-ci était accompagné du dentiste Bernard Laporte. «Il s'agissait d'une visite de courtoisie au sujet des interventions que le Dr Arruda allait faire sur la place publique», souligne le maire. «Mais ça ne change rien au dossier. Et à la position que nous avons.»

Exaspéré par les nombreuses questions de citoyens sur la fluoration, le maire de Trois-Rivières a coupé court à des questions d'un des opposants. Il a déclaré à ce citoyen affirmant que les produits utilisés sont dommageables pour la santé qu'il n'était pas ingénieur ou un spécialiste de la question. Comme toujours, Yves Lévesque ne veut pas entrer dans le débat scientifique sur cette question, se ralliant à ce que recommande la direction de la Santé publique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer