Projet de loi 106: Lévesque souhaite l'autonomie municipale

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a joint sa voix à celle de plusieurs municipalités du Québec, la semaine dernière, en faisant parvenir une lettre au premier ministre Philippe Couillard, l'enjoignant de favoriser l'autonomie des municipalités dans les différentes discussions qui entourent actuellement le projet de loi 106 sur la politique énergétique et les hydrocarbures.

Dans cette lettre écrite aussi au nom du conseil municipal et dont Le Nouvelliste a obtenu copie, le maire rappelle au premier ministre Couillard qu'en reconnaissant le statut particulier de la Capitale-Nationale, il avait déclaré que les municipalités étaient «de véritables gouvernements de proximité qui peuvent et doivent pleinement assumer leurs responsabilités». 

Le geste alors posé reflétait, selon Philippe Couillard, «cette vision d'un Québec du 21e siècle qui fait de l'autonomie municipale un vecteur de développement pour nos régions». 

Pour le maire Yves Lévesque, le projet de loi 106 est en contradiction avec cet énoncé et cette volonté que clamait alors Philippe Couillard. 

«Aujourd'hui, comme bien d'autres en mon nom, ceux des membres du conseil et de tous les citoyens, je sollicite votre intervention à l'égard du projet de loi 106 qui, sur certains aspects, semble contredire votre énoncé du 8 juin 2016 et qui indispose la plupart des élus municipaux en ce qui concerne l'autonomie municipale», peut-on lire dans la lettre.

Appelé à préciser sa pensée, le maire a expliqué au Nouvelliste qu'il n'était pas contre le projet de loi 106, mais que dans sa forme actuelle, le projet outrepasse l'autonomie des municipalités et ne leur donne pas le plein pouvoir sur leurs territoires. 

«Il faut être cohérent et conséquent avec ce qu'on dit, et nous avons les mêmes préoccupations que la plupart des municipalités au Québec», a-t-il indiqué.

La position du maire rejoint du même coup celles prises par la Fédération québécoise des municipalités (FQM) ainsi que l'Union des municipalités du Québec (UMQ), organisme duquel le maire a claqué la porte il y a maintenant plus d'un an. 

Cette prise de position, a-t-il précisé, n'était toutefois pas une façon de faire comprendre qu'il souhaitait se rapprocher de l'organisme et peut-être joindre ses rangs à nouveau.

Non au projet de loi 106 dans la MRC de Nicolet-Yamaska

Lors de sa dernière séance publique, le conseil des maires de la MRC de Nicolet-Yamaska s'est opposé à l'adoption, dans sa forme actuelle, du projet de loi 106. Une décision qui fut d'ailleurs applaudie par plusieurs représentants du Regroupement vigilance hydrocarbures.

Entre autres, la MRC demande que le projet de loi soit scindé en deux afin que la nouvelle Loi sur les hydrocarbures soit étudiée par les parlementaires de façon distincte aux autres dispositions proposées dans le projet de loi 106.

«La MRC appuie les revendications et les démarches de la Fédération québécoise des municipalités concernant ce projet de loi», peut-on lire dans la résolution.

Avec Marc Rochette

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer