Bruit: des avis partagés chez les commerçants

Les motos ne peuvent pas circuler dans le... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les motos ne peuvent pas circuler dans le tunnel du parc portuaire selon le règlement municipal. Un règlement qui ne semble toutefois pas être respecté par tous.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La problématique du bruit des motos et des voitures modifiées dans le secteur du parc portuaire est loin de faire l'unanimité chez les commerçants du secteur.

Pendant que certains se réjouissent de la volonté de la Ville pour resserrer la surveillance et sévir auprès des fautifs, d'autres estiment ne pas être importunés par le bruit et saluent l'apport économique des conducteurs qui fréquentent du même coup les commerces du centre-ville.

Au restaurant Poivre Noir, on a déjà porté plainte à la Sécurité publique de Trois-Rivières en lien avec les rassemblements de voitures modifiées dans le stationnement du parc portuaire.

D'entendre dire que la Ville comptait agir était comme de la musique aux oreilles du propriétaire Daniel-Yves Durand.

«Ça arrive souvent qu'ils font ce qu'on appelle des shows de boucane. Ils font rouler les pneus jusqu'à ce que ça fasse de la fumée. Dans ce temps-là, la fumée entre jusque dans notre restaurant et l'odeur est insupportable. C'était irrespirable dans le restaurant», se souvient M. Durand. Cet événement avait d'ailleurs mené à une plainte à la Sécurité publique.

Daniel-Yves Durand rappelle également que certains espaces de stationnement au parc portuaire sont réservés à sa clientèle, mais qu'il est loin d'être agréable pour ses clients de côtoyer de tels rassemblements lorsqu'ils se présentent pour venir à son établissement.

Ce dernier espère donc beaucoup de la démarche de la Ville et de la Sécurité publique. «Ça fait partie de la paix sociale, c'est inadmissible qu'on tolère ça», ajoute-t-il.

De son côté, la propriétaire du Café Frida, dont la terrasse est située à deux pas de l'entrée du tunnel du parc portuaire, reconnaît que le bruit causé par les motos et les voitures qui «testent» leurs moteurs dans le tunnel est dérangeant pour la clientèle, surtout en terrasse.

«C'est sûr que ça nous importune, que ce n'est pas un bruit agréable et tant qu'à moi, ce n'est pas signe d'un centre-ville vivant ou actif. Les conversations des clients en terrasse sont souvent entrecoupées par ces bruits. Personnellement, les voitures et les motos, ce n'est pas mon truc. Mais en même temps, je suis consciente que quand on fait le choix de vivre sur la rue des Forges, ça vient avec des réalités et il faut savoir l'assumer», estime Gabrielle Cossette.

En face, au Bistro du Vieux Port, l'avis est tout autre. Non seulement le bruit n'importune pas les dirigeants, mais ces derniers estiment que les personnes qui fréquentent le centre-ville en moto, par exemple, sont un apport important pour les commerçants.

«Pour nous, ces gens-là apportent beaucoup car ils viennent manger. Le bruit n'est pas dérangeant pour nous», a confié Sophie Pagé, gérante associée au Bistro du Vieux Port.

À la Société de développement commercial (SDC), on précise ne pas avoir reçu d'indication de la part de commerçants comme quoi cette réalité causait problème, mais on comprend que c'est une réalité qui peut déranger la clientèle autant que les résidents du centre-ville.

«C'est certain que si la Ville choisit de poser des actions pour mieux faire respecter sa réglementation, on ne peut pas être contre ça. On voit ça d'un très bon oeil», résume le directeur général, Mathieu Lahaye.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer