Le pompier Yannick Lupien porte plainte pour harcèlement psychologique

En mars dernier, le pompier et ex-athlète olympique... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

En mars dernier, le pompier et ex-athlète olympique Yannick Lupien donnait une entrevue au Nouvelliste pour parler de ses conférences sur la motivation auprès des jeunes. On lui avait refusé l'accès aux terrains de la caserne du boulevard des Chenaux pour prendre une photo. Le pompier a aussi frôlé la suspension pour s'être adressé à un média lors des feux de Fort McMurray.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les relations de travail semblent loin d'être au beau fixe à la division des incendies de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Le Nouvelliste a en effet appris qu'une plainte pour harcèlement psychologique a récemment été déposée par un pompier temporaire à l'endroit du directeur Dany Cloutier ainsi que du service des ressources humaines de la Ville.

Une plainte qui survient alors que les négociations pour le renouvellement de la convention collective se poursuivent depuis plus de deux ans et qu'une poursuite contre une trentaine de pompiers est toujours en attente d'être entendue devant le tribunal.

Le plaignant dans ce dossier, le pompier et ex-athlète olympique Yannick Lupien, avait défrayé les manchettes récemment, car il avait frôlé la suspension pour avoir donné une entrevue à un média au sujet de l'intervention des pompiers lors des incendies de Fort McMurray.

Alors que sa suspension devait être confirmée par un vote du conseil municipal, le 4 juillet dernier, le maire Yves Lévesque était intervenu in extremis, n'étant pas au courant de cette sanction et ne se sentant pas à l'aise avec les motifs, et avait fait retirer le point de l'ordre du jour. Le pompier n'a finalement pas été suspendu.

Dans une plainte envoyée récemment à la direction de la Ville et dont Le Nouvelliste a obtenu copie, Yannick Lupien soutient être victime de harcèlement psychologique de la part du directeur des incendies, Dany Cloutier, ainsi que du service des ressources humaines.

M. Lupien évoque notamment l'entrevue donnée au 106,9 FM au sujet des incendies à Fort McMurray, pour laquelle il a été rencontré en comité disciplinaire. Selon la plainte, Yannick Lupien soutient qu'un responsable des ressources humaines de la Ville, qui assistait à cette rencontre, aurait tenté de le piéger en modifiant le verbatim de l'entrevue qu'il avait donnée.

Il évoque aussi l'entrevue donnée au Nouvelliste et à TVA, en mars 2016, portant sur une conférence de motivation qu'il venait de donner à l'Institut secondaire Keranna. La direction lui aurait refusé l'accès aux terrains de la caserne du boulevard des Chenaux pour y prendre des photos.

La photo, finalement prise de l'autre côté de la rue, a toutefois été publiée dans le journal interne l'Amalgame, «la photo que M. Cloutier avait refusée, afin de mousser l'image de la Ville de Trois-Rivières, le tout sans mon autorisation et contrairement à mes droits fondamentaux», peut-on lire dans la plainte.

Toujours selon la plainte, en juillet 2015, on lui aurait refusé un retour au travail selon les conditions émises par son médecin, et ce, sans justification écrite et alors que les conditions ne constituaient pas une contrainte excessive au travail.

M. Lupien plaide que cette décision de la direction était contraire au devoir d'accommodement imposé à tout employeur, contraire à la Charte des droits et libertés de la personne ainsi que contraire aux obligations en matière de réadaptation prévue à la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Par ailleurs, il soutient qu'en novembre 2015, on a voulu le contraindre à effectuer un remplacement qu'il ne souhaitait pas faire, ce qui serait contraire à certains articles de la convention collective, en plus d'être contraire au droit de refus de travailler prévu à la Loi sur les normes du travail. Finalement, au printemps 2016, on lui aurait refusé le droit de participer au calendrier des pompiers, et ce, sans justification valable, plaide-t-il.

Tensions

Cette plainte s'ajoute ainsi à la liste des événements entourant les relations de travail à la division des incendies. On se souviendra que 30 pompiers sont présentement poursuivis pour outrage au tribunal, alors que la Ville leur reproche de ne pas s'être présentés sur les lieux de trois incendies en mars 2015.

Le procès, qui devait se tenir en décembre dernier, a été reporté à une date ultérieure, alors que certaines prétentions de la Ville n'ont pas été retenues par la juge Manon Lavoie et que les chefs d'accusation devraient être diminués.

Par ailleurs, les négociations entourant le renouvellement de la convention collective, échue depuis le 31 décembre 2013, ont laissé place à de nombreux moyens de pression depuis deux ans chez les pompiers.

La récente mise à jour du schéma de couverture de risques a aussi fait passer les casernes du boulevard des Chenaux, de Trois-Rivières-Ouest et Cap-de-la-Madeleine de cinq pompiers à quatre pompiers et un chef, et celles de Pointe-du-Lac et Saint-Louis-de-France à deux pompiers, ce qui n'avait pas fait le bonheur du syndicat en décembre 2014.

Notons toutefois que le schéma de couverture de risques n'a toujours pas été approuvé par le ministère de la Sécurité publique et que des discussions ont toujours lieu à ce sujet, selon le ministère.

Joint mardi, Yannick Lupien se trouvait à l'extérieur en vacances et n'a pas voulu commenter le dossier. Le président du syndicat, Gino Harnois, a lui aussi préféré ne pas faire de commentaires, étant donné que la plainte relevait d'une démarche personnelle et non d'une action syndicale. Le directeur des incendies, Dany Cloutier, n'a pas non plus voulu commenter l'affaire. 

À la Ville de Trois-Rivières, on ne se disait même pas en mesure de confirmer l'existence de la plainte, puisque le processus interne dans ce genre de situation est confidentiel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer