Trois-Rivières en bref

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Achat d'un nouveau camion autopompe

Le conseil municipal de Trois-Rivières a autorisé, lundi soir, l'achat d'un nouveau camion autopompe pour le service incendie de la Sécurité publique de Trois-Rivières. La plus basse soumission reçue pour la fourniture de cet équipement s'élève à 620 091,22 $.

Le camion est destiné à remplacer un camion présentement en service mais qui atteindra bientôt 25 ans de vie utile, précise la directrice générale de la Ville, France Cinq-Mars.

Cette acquisition s'ajoute à l'achat d'un autre camion incendie, celui-ci destiné à la caserne #1 du boulevard des Chenaux, acquis au coût de 610 000 $ l'an dernier, et qui avait été livré par l'entreprise trifluvienne 1200 degrés.

Un nouveau terrain reluqué par des producteurs de marijuana thérapeutique

L'entreprise Déméter Organi-K, spécialisée dans la culture de cannabis thérapeutique, reluque désormais un nouveau terrain au parc industriel des Carrefours, à Trois-Rivières. L'entreprise, qui avait obtenu en avril dernier l'aval de la Ville pour se porter acquéreur d'un terrain de 480 000 pieds carrés a présenté une nouvelle demande afin de pouvoir se porter acquéreur d'un terrain voisin, cette fois-ci de 450 000 pieds carrés, qui correspondrait mieux à ses besoins. 

Le conseil municipal de Trois-Rivières a donc accepté, lundi soir, de modifier le règlement adopté en avril dernier pour que ce nouveau lot remplace l'ancien dans l'autorisation donnée par la Ville.

Il est toutefois loin d'être acquis que l'entreprise s'implante à Trois-Rivières, elle qui n'a toujours pas reçu son accréditation par Santé Canada, un processus qui pourrait prendre encore une bonne année. Déméter Organi-K a désormais jusqu'au 15 février 2018 pour acheter le terrain sur lequel elle vient de mettre une option.

À Louiseville, où un projet semblable est sur la table, la Ville est elle aussi toujours en attente d'une réponse de l'entreprise qui avait manifesté son intérêt pour un terrain appartenant à la municipalité.

Avec la collaboration de Marc Rochette

Trois-Rivières modifie son code d'éthique

En lien avec le projet de loi 83, modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique et qui est en vigueur depuis juin dernier, le conseil municipal de Trois-Rivières doit modifier son code d'éthique. Un avis de motion a d'ailleurs été déposé en ce sens, lundi soir, lors de la séance régulière.

Le code d'éthique et de déontologie des élus municipaux trifluviens devra désormais prévoir que certaines annonces sont interdites lors d'activités de financement politique. 

«Si je me trouve dans une activité de financement politique, je ne pourrais pas, par exemple, faire l'annonce d'un projet à venir sans que le conseil municipal ait d'abord donné son aval au projet et que celui-ci ait été adopté», cite en exemple le maire Yves Lévesque.

L'avis de motion devrait faire l'objet d'un règlement lors de la prochaine séance du conseil, le 6 septembre prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer