Fêtes du 375e: sept ans plus tard et toujours rien de réglé

Sept ans plus tard, les livres des Fêtes... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sept ans plus tard, les livres des Fêtes du 375e anniversaire de Trois-Rivières ne sont toujours pas fermés.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Bien que plus de sept ans se soient écoulés depuis la tenue des Fêtes du 375e anniversaire de Trois-Rivières, les livres de la corporation des fêtes demeurent encore ouverts et la comptabilité inachevée à ce jour.

Au coeur du problème, la subvention de 610 000 $ que devait verser Développement économique Canada (DEC) pour la tenue des activités, et dont une partie se fait encore et toujours attendre.

On se souviendra que dans la foulée des allégations d'irrégularités entourant la gestion des Fêtes du 375e, DEC avait envoyé, en 2011, un avis de défaut à la Ville de Trois-Rivières et au comité organisateur des Fêtes, rappelant la subvention totale, dont un montant de 140 000 $ restait encore à être versé par DEC.

La Ville a toujours refusé de rembourser la subvention reçue, ne partageant pas la même vision de DEC au niveau de ce que l'organisme gouvernemental qualifiait d'irrégularités administratives.

D'ailleurs, une enquête de la Sûreté du Québec pour vérifier ces allégations avait été menée à l'époque, allant jusqu'à des perquisitions dans les locaux de l'ancienne compagnie du directeur général des Fêtes à l'époque, Steve Dubé.

À l'été 2013, la Sûreté du Québec avait fait valoir que pour elle, le dossier était clos, et le Directeur des poursuites criminelles et pénales confirmait du même coup qu'il n'y avait pas lieu de porter d'accusations dans ce dossier.

La Ville avait alors espéré que DEC laisse tomber ses demandes, mais l'organisme s'était donné une prolongation du délai prescrit, donc jusqu'en 2015, pour décider d'entamer des procédures pour tenter de récupérer l'argent. Depuis l'expiration de ce délai, toutefois, pas moyen de savoir ce qu'il advient de ce dossier à Ottawa.

«Le dossier est toujours actif, nous en sommes au même point. Ça n'a pas bougé. Il y a des gens chez nous qui regardent ce qui se passe avec ça et nous espérons grandement que dans la prochaine année, on puisse mettre un terme à ce dossier, récupérer la subvention manquante et pouvoir enfin fermer les livres du comité», explique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant.

Aux dernières nouvelles, des créanciers restaient encore à être payés avec la balance de 140 000 $ retenue par DEC, notamment d'ex-employés ainsi qu'une institution financière trifluvienne.

Du côté de Développement Économique Canada, on refuse catégoriquement de donner quelque détail que ce soit sur cette affaire, même si à priori, le délai pour entamer des procédures légales dans ce dossier est expiré depuis longtemps. Aux demandes du Nouvelliste, on a simplement répondu que l'agence ne commente jamais le contenu de ses ententes avec ses clients. Il n'a même pas été possible de savoir si le dossier était toujours actif ou non.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer