«Le stade sera toujours en l'honneur de Fernand Bédard»

Le stade Fernand-Bédard... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le stade Fernand-Bédard

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Si le stade de baseball de Trois-Rivières doit changer de nom pour y ajouter celui d'un commanditaire majeur, il demeurera toujours le stade Fernand-Bédard, nommé en l'honneur de l'homme qui a été directeur des opérations du stade pendant 30 ans.

C'est du moins l'avis du maire Yves Lévesque.

Appelé à commenter l'information divulguée par Le Nouvelliste, voulant que le stade Fernand-Bédard deviendra sous peu le stade Stéréo +, le premier magistrat soutient que l'hommage rendu à Fernand Bédard ne perdra pas sa valeur.

«La plaque en l'honneur de Fernand Bédard restera toujours là, son nom aussi. Mais le stade est une pièce d'équipement importante pour la Ville. L'argent, c'est le nerf de la guerre, et pour les grandes infrastructures c'est difficile de passer à côté», explique-t-il.

Yves Lévesque confie avoir contacté personnellement M. Bédard, qui ne s'était pas dit choqué de la nouvelle, mais qui n'avait pas tellement apprécié l'apprendre par téléphone. «J'ai voulu désamorcer ça avec lui. Le stade sera toujours en l'honneur de Fernand Bédard», a-t-il ajouté.

Cinq coins: la Ville pourrait acheter un terrain

La Ville de Trois-Rivières a fait une proposition d'achat sur un des terrains qui sont présentement à vendre à proximité de l'intersection des cinq coins, au centre-ville de Trois-Rivières. Les terrains avaient été laissés vacants après l'incendie qui a ravagé plusieurs bâtiments en septembre 2015, puis mis en vente il y a environ deux mois.

Le maire Yves Lévesque confirme que la Ville a fait une proposition d'achat sur un des terrains, proposition qui sera entérinée et officialisée lors de la séance du comité exécutif, la semaine prochaine. Toutefois, il ne parle pas d'aménagement spécifique sur ce terrain, ni même de réaménagement du carrefour des cinq coins, du moins pas pour le moment.

«Nous avons voulu acquérir les terrains parce que si dans quelques années on veut réaménager, on aura déjà le terrain. Mais on ne parle pas d'exproprier personne pour l'instant. Les propriétaires à cet endroit, ce qu'on leur dit, c'est que si vous voulez vendre, nous sommes acheteurs. Mais il est hors de question d'exproprier qui que ce soit», a fait savoir Yves Lévesque.

La Ville n'a jamais caché son intention de procéder à d'éventuels travaux de réaménagement de cette intersection névralgique du centre-ville

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer