Fluoration: Trois-Rivières assure qu'elle garde le cap

La Ville de Trois-Rivières affirme qu'elle garde le... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville de Trois-Rivières affirme qu'elle garde le cap avec la fluoration de l'eau, une mesure controversée qui n'est toutefois pas encore effective.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Radio-Canada Mauricie a jeté un pavé dans la mare jeudi avec un reportage affirmant que la Ville de Trois-Rivières envisage d'abandonner son programme controversé de fluoration de l'eau potable.

Aussitôt diffusé sur les ondes de RDI, la Ville a vivement réagi pour démentir cette nouvelle. Entre-temps, certains conseillers municipaux de la Ville opposés à la fluoration ont toutefois affirmé sur les médias sociaux leur satisfaction à l'égard de cette nouvelle.

Le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant, indique toutefois que la Santé publique québécoise a demandé à Santé Canada de clarifier la question des risques de corrosion des vieux tuyaux de plomb ou ceux soudés avec du plomb par l'eau fluorée. Il affirme toutefois que la Ville de Trois-Rivières n'est pas engagée dans cette demande.

«Nous avons pris la décision de fluorer l'eau et on va de l'avant. Le ministère de la Santé veut avoir des précisions, alors la balle est dans son camp», a déclaré le porte-parole de la Ville à la suite de la première diffusion du reportage de Radio-Canada Mauricie.

Rappelons que les opposants à la fluoration de l'eau affirment que le fluor peut corroder les tuyaux de plomb et ainsi entraîner des risques d'empoisonnement. Ils soutiennent que cette situation s'est produite dans la ville de Flint au Michigan.

Par ailleurs, la Coalition trifluvienne pour une eau très saine, les principaux opposants à la fluoration de l'eau potable, ont amassé plus de 17 000 signatures de citoyens opposés à l'ajout de fluor dans l'eau.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec estime par contre qu'il n'y a aucun lien à faire entre la fluoration de l'eau et la présence de plomb. Celui-ci soutient que des groupes propagent des informations inexactes en ce sens.

La position de la Ville de Trois-Rivières concernant les risques possibles pour la santé demeure la même depuis l'adoption par le conseil municipal en 2014, lors d'un vote divisé, rappelons-le, du règlement sur la fluoration de l'eau potable.

À plusieurs reprises, le maire Yves Lévesque et son porte-parole ont déclaré dans ces pages que si Québec juge que cette mesure est néfaste pour la santé humaine, la Ville allait cesser cette pratique. Celle-ci est toutefois toujours recommandée par la Santé publique, qui voit un bon moyen de lutter contre la carie dentaire.

«Si Québec décide d'abandonner, c'est la fin du programme de fluoration», a précisé Yvan Toutant en réitérant la position de la Ville mainte fois manifestée.

Par ailleurs, la Ville indique que si elle reporte l'application de la fluoration de l'eau à l'automne 2016, c'est en raison de travaux prévus à l'entrée d'eau de la rivière Saint-Maurice.

Jointe par téléphone en fin de journée jeudi, la conseillère Marie-Claude Camirand assure que la question de la fluoration n'a pas été abordée par le conseil municipal depuis un bon moment. Voilà pourquoi elle était surprise, à l'instar de plusieurs de ses collègues, de la nouvelle qui affirmait que la Ville songe à suspendre son programme.

Certains conseillers ont toutefois recommandé ou commenté la nouvelle sur Facebook. Le conseiller du district Pointe-du-Lac soutenait qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale sur la question de la fluoration de l'eau potable.

«De toute façon, plomb ou pas, le principe de l'acceptabilité sociale est en 2016 (et encore plus en 2017) un critère incontournable dans la réalisation de projets publics. Or, avec une pétition de presque 20 000 Trifluviens contre la reprise de la fluoration de notre eau potable... la preuve est pas mal faite selon moi que nos citoyens n'en veulent pas. Mais il ne faut pas crier victoire pour autant, car pour l'instant ce n'est qu'un report du projet», a publié François Bélisle sur le réseau social.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer