Plus de prévention au programme à Trois-Rivières

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.... (Photo: Archives, Stéphane Lessard)

Agrandir

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Photo: Archives, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières s'apprête à adopter la révision de son schéma de couverture de risques en incendie, tel que l'exige le gouvernement du Québec.

Réuni en assemblée, lundi soir, le conseil municipal a adopté un avant-projet de schéma afin que celui-ci soit soumis à une consultation publique qui se tiendra la 11 avril prochain.

Le schéma 2016-2021 prévoit notamment l'ajout d'un préventionniste sur le territoire, afin d'augmenter la fréquence des visites de prévention, une mesure qui a connu d'excellents résultats depuis l'adoption du schéma en 2007.

En effet, entre 2007 et 2015, pas moins de 75 000 inspections de bâtiments, commerces, résidences et industries ont été effectuées par les préventionnistes du service des incendies, ce qui a grandement permis de prévenir des catastrophes et de réduire les pertes matérielles sur le territoire, rappelle le maire Yves Lévesque.

«En 2007, la moyenne des pertes matérielles lors d'incendies était de 67 $ par habitant. En 2015, elle était de 27 $ par habitant», a-t-il fait savoir, rappelant que la moyenne québécoise des pertes matérielles se situait à 56 $ par habitant. «Ça fonctionne, la prévention et nous le voyons très bien à tous les jours», constate-t-il.

Par ailleurs, le nouveau schéma devrait permettre l'ajout de feux de préemption sur le boulevard Thibeau ainsi que sur le boulevard des Récollets. Ces feux, qui permettent une synchronisation automatique lorsqu'un véhicule incendie doit circuler sur la voie publique, ne sont présentement recensés que sur le boulevard des Forges, entre le quartier général de la Sécurité publique et le district des Vieilles Forges.

Depuis l'adoption obligatoire du schéma, en 2007, Trois-Rivières a dû investir près de 11 millions $ en immobilisations sur le territoire pour la sécurité incendie. Le budget d'opération de la sécurité incendie est passé de 2,5 M$ en 2006 à plus de 12 M$ annuellement en 2015.

«C'était une exigence de Québec et nous n'avions pas le choix de nous y conformer. Ce sont des dépenses qui ont fait augmenter de façon importante le compte de taxes. N'eut été de cela, les augmentations auraient été moindres à chaque année», constate Yves Lévesque.

De nombreuses rénovations ont aussi été apportées aux différentes casernes, soit celle de la rue Laviolette en 2006, la caserne numéro 2 en 2007, celles de Pointe-du-Lac et Saint-Louis-de-France en 2008 et celle de Cap-de-la-Madeleine en 2012. Il y a quelques semaines, on a aussi procédé à l'inauguration de la nouvelle caserne du boulevard des Chenaux.

Par ailleurs, plusieurs services se sont ajoutés au cours des années, dont la sauvegarde nautique et la surveillance des sentiers, en plus de l'achat de nombreux véhicules pour permettre au service de répondre aux normes exigées par Québec.

Le présent projet de schéma sera soumis à une assemblée d'information et une consultation populaire le 11 avril prochain à 19 h au centre communautaire Des Ormeaux, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Les citoyens intéressés à obtenir des informations ou soumettre des suggestions pourront le faire à ce moment.

Par la suite, vers le début du mois de mai, le conseil adoptera la version finale, modifiée ou non, du schéma 2016-2021.

750 000 $ pour rénover la Maison de la Culture

Le conseil municipal de Trois-Rivières a adopté à l'unanimité le règlement d'emprunt de 750 000 $ qui sera nécessaire pour la réfection de l'extérieur de la Maison de la Culture de Trois-Rivières.

Les travaux, qui feront l'objet de plans et devis au cours des prochaines semaines, devraient débuter vers la fin de l'été.

La portion de la rue Hart de l'imposant bâtiment est particulièrement touchée par ces travaux, rendus nécessaires à la suite d'infiltration d'eau qui ont entraîné la corrosion de pièces de métal permettant de soutenir le béton extérieur.

Le problème a été détecté lors de l'évaluation que la Ville mène actuellement sur l'ensemble de ses bâtiments.

On se souviendra qu'il y a deux semaines, le maire Yves Lévesque avait évoqué la possibilité que de tels travaux soient également nécessaires à la salle J.-Antonio-Thompson, avançant même des chiffres de plusieurs millions de dollars.

Questionné sur cette éventualité, lundi soir, il s'est montré plus prudent, rappelant que les bâtiments sont toujours à l'inspection et qu'aucun diagnostic précis ne peut encore être fait.

Les travaux qui se dérouleront à la Maison de la Culture ne perturberont pas ses activités, tant du côté de la bibliothèque Gatien-Lapointe que du centre d'exposition Raymond-Lasnier ou encore des salles Anaïs-Allard-Rousseau et Louis-Philippe-Poisson, puisqu'ils se dérouleront exclusivement sur la portion extérieure du bâtiment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer