Trois-Rivières doit réembaucher des pompiers congédiés

La Ville de Trois-Rivières doit, à la suite de jugements, réintégrer dans leurs... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières doit, à la suite de jugements, réintégrer dans leurs fonctions deux pompiers congédiés et un officier suspendu.

En juillet 2013, les élus municipaux avaient adopté une résolution concernant le congédiement administratif de neuf pompiers, car on leur reprochait de ne pas avoir répondu à au moins 60 % des appels qui leur ont été acheminés pendant une période de 12 mois. Ces deux pompiers ont contesté cette décision et ont finalement eu gain de cause. Ils ont pu faire la démonstration qu'ils ont répondu à au moins 60 % des appels.

La Ville doit donc les réintégrer dans leurs fonctions. Les élus du conseil municipal ont approuvé une résolution en ce sens lundi soir lors de l'assemblée publique. La Ville doit de plus rembourser du salaire perdu pour un de ces employés.

Celle-ci n'était pas en mesure lundi soir de déterminer le montant qu'elle devra débourser. Le second pompier renvoyé en 2013 qui devra être réintégré ne sera quant à lui pas dédommagé.

«Nous avons gagné notre point pour la plupart des congédiements, mais lorsque nous perdons, nous devons payer», affirme Yvan Toutant, porte-parole à la Ville de Trois-Rivières.

Le président de la section locale de Trois-Rivières du Syndicat des pompiers du Québec, Gino Harnois, ne comprend pas pourquoi la Ville a attendu trois mois avant d'appliquer le jugement. «Les gens attendent chez eux depuis 2013», souligne-t-il.

Alors que les années passent, plusieurs autres pompiers concernés par le congédiement de 2013 ont poursuivi leur parcours professionnel ailleurs. De plus, un pompier a décidé de retourner à l'emploi de la Sécurité publique de Trois-Rivières alors qu'un autre est parti à la retraite.

Gino Harnois estime que le calcul du taux de réponse des appels est problématique à la Ville de Trois-Rivières.

«De la façon dont la Ville calcule le taux de réponse, nous avons une douzaine de membres qui ne répondent pas au 60 %. À Trois-Rivières, la Ville veut tellement que les pompiers soient des pompiers, mais ne veut pas les payer. Nos pompiers temporaires sont assis chez eux à 95 cents de l'heure. Ils ne peuvent pas aller travailler ailleurs, sinon la Ville les congédie», soutient le président du syndicat.

Par ailleurs, la Ville de Trois-Rivières doit annuler la suspension de six semaines d'un officier survenue en 2014. On reprochait à ce capitaine du Service de sécurité incendie d'avoir mis en danger lors d'interventions les pompiers sous ses ordres de même que des citoyens. Or, l'arbitre chargée d'étudier cette suspension contestée a déterminé qu'elle était infondée, exigeant son annulation.

Les élus du conseil municipal ont donc abrogé lundi soir cette suspension imposée en 2014. «L'officier devra être remboursé pour les six semaines de salaire qu'il a perdues», souligne Yvan Toutant.

Gino Harnois dénonce par ailleurs que les pompiers suspendus ou renvoyés par la Ville apprennent leur sort qu'à la suite de l'approbation du conseil municipal. Il indique que ces employés ne sont jamais rencontrés préalablement.

«Nous ne sommes jamais au courant de ce qui se passe au conseil municipal. Nous le savons toujours après. Même les employés concernés ne sont pas au courant. Il s'agit de la politique [Francis] Gobeil (le directeur de la Sécurité publique de Trois-Rivières)», soutient-il. «On ne t'avise de rien, mais tu manges une claque à l'arrière de la tête.»

Le président du syndicat rappelle de plus que les pompiers sont toujours sans contrat de travail depuis bientôt deux ans.

En terminant, un troisième point à l'ordre du jour de l'assemblée publique du conseil municipal concernant un pompier a été retiré à la dernière minute.

Ce point concernait le renvoi d'un pompier temporaire qui ne respecterait pas les exigences du poste.

On ne sait toutefois pas si ce dossier reviendra à l'ordre du jour prochainement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer