Le colisée au coeur des priorités en 2016

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.... (François Gervais)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il vient un temps où il faut que les bottines suivent les babines, comme le dit l'expression populaire. Sur les lèvres du maire de Trois-Rivières depuis plusieurs années déjà, le projet de colisée devrait franchir d'importantes étapes en 2016. Le temps est compté si la Ville souhaite ouvrir cette installation sportive d'environ 56 millions $ à temps pour la saison de hockey 2019.

«2016 sera une bonne année avec l'annonce de plusieurs projets», croit le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. 

Parmi ces projets, on retrouve en tête de liste le nouveau colisée municipal, une nécessité selon le maire de Trois-Rivières. «Il n'y a pas de raison que le colisée ne soit pas confirmé. L'argent est là et nous n'avons pas réinventé la roue. Nous répondons entièrement aux critères du programme de Québec. J'espère que nous aurons des nouvelles avant la fin de janvier», affirme-t-il. «Nous sommes prêts à aller en appel d'offres pour les ingénieurs et architectes. Ce que ça nous prend, c'est la confirmation du gouvernement.» 

D'ailleurs, la Ville de Trois-Rivières a déposé son projet de colisée municipal au ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire (MAMOT). La construction de cette infrastructure sportive serait financée par le Programme d'infrastructures Québec-Municipalités. Rappelons qu'une subvention de 23 millions $ doit être réservée pour mener à bien le projet. 

«Le ministère a reçu la demande d'aide financière accompagnée de la résolution [de la Ville de Trois-Rivières] et il procède actuellement à son analyse afin d'en assurer la conformité aux règles et normes en vigueur du programme», explique de son côté Audrey Garon, relationniste de presse et conseillère en communication stratégique au MAMOT. 

L'annonce officielle par Québec de la construction du colisée au District 55 est très attendue autant par la Ville que par les promoteurs du projet de développement immobilier et commercial. Si la direction d'Ameublements Tanguay a déjà confirmé qu'elle souhaite construire un nouveau magasin à cette endroit, elle demeure la seule grande entreprise du commerce de détail à avoir annoncé ses intentions de s'établir au District 55. Le colisée a un fort pouvoir d'attraction commerciale, répètent les promoteurs du District 55.

«On a bien hâte d'avoir l'annonce officielle du colisée. On sait que ça va générer une plus-value pour le développement commercial», note le maire. «2016 devrait être une très bonne année.»

Sans la fermeture de la Centrale nucléaire Gentilly-2 en 2012, Yves Lévesque estime que l'économie de Trois-Rivières serait en bien meilleure posture. «La fermeture de la centrale nous a fait très mal. Mais que voulez-vous, nous ne contrôlons pas ça», indique-t-il.

Pyrrhotite: convaincre Ottawa d'intervenir

Les problèmes de pyrrhotite continuent de miner les finances de la Ville de Trois-Rivières. En 2016, l'impact financier de ce vice de construction est de 2,1 millions $. Depuis le début de la crise, la Ville a perdu près de 13 millions $. Voilà pourquoi elle souhaite que le nouveau gouvernement fédéral vienne en aide aux victimes.

«Pour répondre à la demande des victimes, ça prendrait 32 millions $. C'est pour ça que nous demandons au gouvernement provincial, nous n'avons pas le droit de négocier avec le fédéral, de demander à Ottawa de participer», affirme le maire de Trois-Rivières. 

«Justin Trudeau, le nouveau premier ministre, est venu dire à deux reprises à Trois-Rivières durant la campagne électorale que le fédéral allait être au rendez-vous. Nous voulons des engagements rapidement.»

Développer les infrastructures et l'économie

Yves Lévesque évoque par ailleurs pour 2016 des investissements dans les infrastructures ainsi qu'à l'aéroport de Trois-Rivières. Le bras économique de la Ville, Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières, poursuivra également son travail de concertation avec les entreprises. 

«Le directeur général d'IDE, Mario De Tilly, a entrepris une tournée des entreprises de Trois-Rivières. Une société de développement économique ne crée pas des emplois, elle doit créer les conditions favorables au développement économique», souligne le maire de Trois-Rivières. 

«Les entrepreneurs peuvent nous dire si nous avons des choses à améliorer. Nous sommes aussi un porte-parole important des entrepreneurs auprès du gouvernement.»

Le technoparc de Trois-Rivières prendra de l'expansion en 2016. Un nouveau bâtiment, le Centre d'innovation des systèmes, devrait d'ailleurs être inauguré au cours des prochains mois. IDE Trois-Rivière en sera le copropriétaire avec le Cégep de Trois-Rivières qui désire y établir son Centre collégial de transfert de technologie en télécommunication. L'entreprise Alinov Québec est également dans le projet. 

«On développe la nouvelle économie, l'économie du savoir. C'est là qu'il y a de l'avenir», estime le maire de Trois-Rivières. «Des acteurs très intéressants seront dans le nouveau bâtiment. On pourra y faire de la recherche et on souhaite que des entreprises naissent de ces incubateurs.»  

En terminant, la nouvelle gare maritime du port de Trois-Rivières pour l'accueil des croisiéristes, une industrie en croissance, sera prête pour la prochaine saison. «Le secteur touristique est très important. Avant la fusion nous avions environ 900 000 visiteurs annuellement, nous avons maintenant franchi le cap des 2,3 millions. Et les croisières sont de plus en plus importantes pour Trois-Rivières», soutient M. Lévesque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer