Budget 2016 de Trois-Rivières: hausse minime des taxes

Le conseil municipal de Trois-Rivières a décidé de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le conseil municipal de Trois-Rivières a décidé de limiter la hausse moyenne de la taxe foncière à 1,2 % en 2016.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Devant l'augmentation de la valeur imposable du parc immobilier de 7,36 % engendrée par le nouveau rôle triennal d'évaluation (2016-2018), le conseil municipal de Trois-Rivières a décidé de limiter la hausse moyenne de la taxe foncière à 1,2 % en 2016.

Cela représente une augmentation moyenne de 30,05 $ du compte de taxes pour une maison évaluée à 178 000 $. 

L'administration du maire Yves Lévesque a adopté lundi un budget de 256,9 millions $ pour l'année 2016, alors qu'il était de 251,4 millions $ l'année précédente.

L'augmentation du taux de taxe moyen est de 0,96 % en 2016, mais si on y additionne les coûts associés à l'eau et à l'égout, la hausse moyenne se chiffre plutôt à 1,2 %.

De façon générale, les propriétaires d'une maison évaluée à 178 000 $ doivent s'attendre à payer en moyenne 2 539,70 $, soit une augmentation de 30,05 $ de leur compte de taxes par rapport à 2015. Bien sûr, tous les propriétaires n'auront pas cette hausse. Si certains auront des augmentations plus substantielles, d'autres verront une diminution du montant à payer. 

«Nous sommes le seul gouvernement qui baisse le taux de taxation. [...] Cette année nous avons réussi à le baisser de 6,27 % pour avoir un budget équilibré», affirme le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. 

Le secteur de Cap-de-la-Madeleine est à nouveau celui où le taux de taxation des résidences est le plus élevé, soit 1,2251 $ par 100 $ d'évaluation. On calcul ce taux en additionnant le taux de taxe foncière générale pour l'ensemble du territoire (1,1992 $) à celui du service de la dette des ex-villes (0,0168 $). 

La masse salariale à la Ville de Trois-Rivières diminue en 2016 de 412 000 $ par rapport à l'exercice financier précédent. Elle s'élève maintenant à 92,71 millions $. La réingénierie de l'administration municipale a permis à la Ville d'économiser 5,4 millions $ depuis deux ans. Rappelons qu'en plus de couper plusieurs postes de fonctionnaires, la Ville a remercié l'hiver dernier 48 cols bleus temporaires.     

La Ville affirme que c'est grâce à la «poursuite de sa rigueur administrative» qu'elle peut déposer un budget qualifié «d'avantageux» pour les citoyens, malgré la perte de 500 000 $ au niveau de péréquation prévue dans le nouveau pacte fiscal entre Québec et ses municipalités. De plus, la Ville de Trois-Rivières s'est vu priver ces deux dernières années par ce nouveau contrat avec Québec d'un montant récurent de 3,8 millions $.

Par ailleurs, la Ville a dû investir en 2015 un montant de 1,1 million $ pour la mise en place du schéma de couverture de risques, un exercice qui a totalisé des investissement de 10,6 millions $. «Dans les grandes villes, nous étions celle qui avait le plus d'investissements à faire pour répondre au schéma de couverture de risque», indique le maire Lévesque. «C'est la dernière fois que le schéma a des impacts sur le budget.»

Même si les résidences touchées par la pyrrhotite mais réparées sont maintenant évaluées selon leur valeur sur le marché, les coffres de la Ville souffriront encore en 2016 de ce sinistre. Pour la prochaine année financière, l'administration municipale prévoit un manque à gagner de 2,1 millions $. Depuis le début de la crise, la Ville a donc été privée de 14 millions $. 

Réunis en assemblée publique lundi soir, les élus trifluviens ont adopté une résolution afin de demander au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire du Québec d'injecter 30,25 millions $ supplémentaires dans le programme pour les résidences endommagées par la pyrrhotite. Par ailleurs, le maire Yves Lévesque souhaite que le nouveau gouvernement libéral du Canada participe financièrement pour soutenir les victimes de la pyrrhotite.

«Québec a toujours dit qu'il était prêt à investir si Ottawa participait aussi. Justin Trudeau a reconnu en campagne que la pyrrhotite était un drame humain important», ajoute le maire Lévesque. «On demande au provincial d'entamer des discussions avec le fédéral. Sans la pyrrhotite, nous n'aurions pas eu cette année de hausse du taux de taxe.»

La dette à l'ensemble des citoyens se chiffre désormais à 248,3 millions $. En 2013, année de l'élection du conseil municipal, on prévoyait que cette dette serait de 50,5 millions $ plus élevées. 

Le budget 2016 prévoit que la dépense la plus importante sera celle du service de la dette, pour un montant de 50,13 millions $. On retrouve ensuite en ordre d'importance les dépenses en loisir et culture (44,49 millions $), en sécurité publique (43,29 millions $), en transport (38,15 millions $), en hygiène du milieu (31,32 millions $), en administration général (27,82 millions $) ainsi qu'en aménagement, urbanisme et développement (12,14 millions $).

Plan triennal d'immobilisations: l'eau au coeur des priorités

Le traitement des eaux demeure la priorité de la Ville de Trois-Rivières dans son nouveau plan triennal d'immobilisations. Les investissements totaux prévus dans ce plan devraient toutefois continuer de diminuer lors des trois prochaines années.

Pour les années 2016, 2017 et 2018, ce sont 203,91 millions $ qui seront investis dans les immobilisations de la Ville. L'an dernier, le plan triennal de la Ville prévoyait des investissements de 227,9 millions $.

Les citoyens devront payer une somme de 105,46 millions $ pour réaliser les projets prévus dans le plan triennal. La balance, 98,44 millions $, proviendra de divers programmes de financement. Concrètement, 38,23 millions $, 31,69 millions $ et 35,54 millions $ seront respectivement à la charge des citoyens lors des trois prochaines années.  

En 2016, les principaux projets du plan triennal sont la mise à niveau du réservoir d'eau potable des Érables (11,4 millions $), la pose de conduites d'eau usée reliées au poste Matton (4 millions $) ainsi que l'usine de traitement d'eau du boulevard des Forges vers le parc industriel 40/55 (3 millions $). 

«On ne pellette plus vers l'avant. Ce n'est pas vrai que de ne pas réparer les infrastructures on s'enrichit. C'est le contraire, on s'appauvrit et le problème s'accentue», affirme le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. «On gère une Ville comme une entreprise. Nos infrastructures sont en meilleur état.»

Des travaux sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent figurent également au plan triennal. On y prévoit des travaux à l'esplanade et à l'avenue des Draveurs (4,5 millions $). De plus, 7 millions $ sont réservés pour l'installation de services municipaux (aqueduc, égout et éclairage) sur la rue Arthur-Rousseau. En terminant, des investissements de 4 millions $ seront destinés au pavage de différentes artères de Trois-Rivières.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer