Trois-Rivières largue Bell et fait des économies

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ville de Trois-Rivières a décidé de larguer Bell au profit de Xittel pour la fourniture de son service de téléphonie externe. Elle pourra ainsi économiser 168 000 $ par année.

Ce nouveau contrat de trois ans et qui peut être prolongé jusqu'à sept ans s'inscrit dans la volonté de la Ville de réduire ses coûts d'exploitation. «Il s'agit d'économies de 15 % par rapport à ce qu'on avait autrefois. Si nous avons ce contrat pendant sept ans, la Ville économisera plus d'un million $», a expliqué Yvan Toutant, porte-parole à la Ville de Trois-Rivières, en marge de la dernière assemblée publique du conseil municipal.  

«On étudie à la Ville toutes nos dépenses. Peut-on faire des économies à long terme? C'est la question qu'on se pose dans tous les services», a ajouté M. Toutant, qui note que ce nouveau contrat concerne que le système de téléphonie externe. Le réseau interne est géré directement par la Ville. 

En résumé, la Ville économisera par année 31 500 $ notamment pour ses appels interurbains ainsi que 126 000 $ pour les lignes analogiques utilisées entre autres par les fax et les téléphones de petits bâtiments, comme ceux des patinoires extérieures ou des piscines publiques. Avec Bell, ces services coûtaient respectivement 73 500 $ et 186 000 $ par année. Désormais, ces deux services se chiffreront à 42 000 $ et 60 000 $.

«Ce sont des économies directs», a affirmé le conseiller du district de la Madeleine René Goyette, également maire suppléant de Trois-Rivières. De plus, l'administration municipale investira près de 177 000 $ pour moderniser son système informatique. Des appareils datant de 2003 doivent être remplacés. «Nous allons nous ajuster pour être plus performant et faire des économies à long terme», a indiqué M. Goyette.

Avec comme objectif de faire diminuer les coûts de téléphonie cellulaire, les villes et municipalités du Québec négocient collectivement. Et cela entraîne des économies substantielles. Lors de la dernière négociation groupée concernant ces services, la Ville de Trois-Rivières avait vu passer ses frais de téléphonie cellulaire de 900 000 $ à 300 000 $. Ces économies de 600 000 $ annuellement ont été rendues possibles grâce au programme d'achat groupé de Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer