Trois-Rivières construira seul son Colisée

Yves Lévesque... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Yves Lévesque

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Fini le temps des études, des négociations, des changements de plans et des tergiversations. La Ville de Trois-Rivières va finalement de l'avant avec son projet de colisée. Et elle entend construire seule au District 55 ce projet estimé à près de 56 millions $.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, en a fait l'annonce lundi soir en marge de l'assemblée publique du conseil municipal après une question du Nouvelliste. Il a indiqué que la Ville doit prendre le projet en mains si elle souhaite qu'il se réalise enfin. Les différents arénas municipaux ne répondent plus aux besoins des Trifluviens, affirme le maire.

«On devrait déposer un projet avant les Fêtes, c'est officiel. [...] Il faut se brancher, on en parle depuis 2012, je suis tanné», a avoué lundi soir le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

«On n'étirera plus l'élastique. [...] En 2020, l'aréna Jérôme-Cotnoir doit être mis conforme et l'aréna Jean-Guy-Talbot est en mauvais état. Il y a une opportunité qui est au rendez-vous», a-t-il ajouté en évoquant la possibilité, une fois le projet terminé, de convertir des arénas déjà existants.

Un projet sera donc déposé au cours des prochains mois. Par la suite, le projet de colisée de deux glaces d'environ 5000 places et qui comprend des loges sera développé lors de l'élaboration desplans et devis. On estime que ces nouveaux équipements seront livrés en 2019.

La Ville souhaitait dans ses projets précédents construire un colisée avec des partenaires. La Commission scolaire du Chemin-du-Roy, l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ainsi que le privé ont été pressentis ces dernières années. Si les deux premiers partenaires se sont désistés, essentiellement pour des raisons financières, le troisième ne cadrait pas avec les critères de financement de Québec. Le colisée, financé par l'État, doit d'abord répondre aux besoins de la population.

Avec ce projet entièrement municipal, les locaux multisports prévus dans le projet du Complexe sportif Desjardins de la CS du Chemin-du-Roy sont abandonnés. «Nous avons un projet de 5000 places. Ailleurs, ça commençait à diminuer ce nombre. Au Complexe sportif, on était rendu à 3000 sièges. Il y avait des dojos, des bureaux et des gymnases. Si on voulait maintenir ça, c'est la partie du projet qui coûtait cher, on devait couper le nombre de places», a expliqué le maire de Trois-Rivières. «On s'en va avec un projet de colisée de deuxglaces avec 5000 places... le projet initial.»

Rappelons que Québec a déjà réservé une subvention de près de 26 millions $ au plan québécois des infrastructures, ce qui correspond à près de 50 % des coûts du projet. Le Groupe Robin, le promoteur du District 55, a toujours déclaré publiquement qu'un colisée favoriserait grandement son développement commercial.

«Le District 55 est le meilleur emplacement», a avoué Yves Lévesque. «Il s'agit d'un emplacement près de l'autoroute, dans un secteur commercial. Et le colisée amènera du dynamisme à cet endroit.»

La Ville souhaite réduire ses coûts d'opération avec ce nouveau colisée de deux glaces, en raison notamment de l'efficacité des nouveaux systèmes de refroidissement. Par ailleurs, la rénovation de l'actuel colisée, construit avant la Deuxième Guerre mondiale, rappelle le maire, pourrait s'élever selon les prévisions à 28 millions $. «Et il n'y a pas de subvention pour la rénovation. Avec le nouveau colisée, nous allons régler nos problèmes d'arénas pour les quarante prochaines années», a soutenu le maire. «On fait rire de nous avec l'actuel colisée.»

Yves Lévesque n'a pas voulu s'avancer sur la venue possible dans le futur colisée d'une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer