Pare-intempéries à l'Amphithéâtre: de temporaires à permanents

L'Amphithéâtre Cogeco.... (Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Amphithéâtre Cogeco.

Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors qu'ils ne devaient qu'être temporaires, les pare-intempéries du nouvel Amphithéâtre Cogeco loués pour les premières mois d'opération deviendront finalement... permanents.

La Ville de Trois-Rivières a décidé d'acquérir ces équipements qui protègent la scène de l'Amphithéâtre et des spectateurs de la pluie et du vent. Le coût de cette acquisition est de 827 820$.

Rappelons que la Ville avait opté en avril dernier pour la location des pare-intempéries, car les soumissions reçues à la suite de l'appel d'offres étaient beaucoup plus élevées que les estimations. Si l'administration municipale s'attendait à devoir payer 3,5 millions $ pour ces pièces d'équipements, les soumissions s'élevaient à près de 6 millions $.

Les entreprises justifiaient ce coût par le court délai pour réaliser le contrat. Or, la location pour la première année était d'environ 300 000 $, ce qui représentait une avenue plus intéressante pour la Ville.

«Nous allons être équipés pour 1,7 million $», affirme Pierre Desjardins, le directeur général de la Ville de Trois-Rivières. «La beauté de ça, c'est que ç'a duré tout l'été. Ça fait la job et ça ne représente pas de nuisance.»

Les plans d'origine de l'Amphithéâtre prévoyaient des pare-intempéries en verre. Toutefois, après quelques mois d'utilisation des pièces d'équipements de toiles noires, la Ville est très satisfaite du résultat. «En appel d'offres on avait demandé des murs en verre. On n'avait aucune idée de l'impact sur le son. [...] Mais quand on a vu le chiffre, presque 6 millions, on a compris», explique M. Desjardins.

«La solution temporaire après un été d'exploitation, et Dieu sait qu'on sait fait mouiller, les gestionnaires de l'Amphithéâtre disent que ça fait la job, c'est parfait et ça ne nuit pas.»

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ajoute que des pare-intempéries en verre auraient dû être nettoyés fréquemment, entraînant ainsi des coûts supplémentaires. Par ailleurs, le maire évoque la possibilité d'agrandir éventuellement la zone couverte par les pare-intempéries, afin que davantage de spectateurs soient protégés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer