Nouveau camion d'incendie à Trois-Rivières: Techno Feu devrait obtenir le contrat

Le service de Sécurité incendie de Trois-Rivières va... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le service de Sécurité incendie de Trois-Rivières va être doté d'un nouveau camion.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'entreprise Techno Feu de Saint-François-du-Lac devrait obtenir le contrat pour la fourniture du nouveau camion d'incendie pour la caserne numéro 1 présentement en construction du service de Sécurité incendie de Trois-Rivières.

Si la soumission est jugée conforme par la Ville et approuvée par le conseil municipal lors d'une assemblée publique, le nouveau camion d'incendie devrait coûter 609 627 $. La Ville a procédé mardi matin à l'ouverture des deux soumissions reçues. L'autre entreprise soumissionnaire était Camions Carl Thibault, de Pierreville. Cette entreprise proposait un camion au prix de 620 311 $.

«Nous devons maintenant nous assurer que le plus bas soumissionnaire est conforme», note Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

Le propriétaire de l'entreprise de Saint-François-du-Lac, François Proulx, se disait mardi très heureux «d'avoir gagné le camion». Ce contrat est le bienvenu pour l'entreprise du Centre-du-Québec qui embauche 37 travailleurs.

François Proulx a d'ailleurs tenu à réagir aux critiques du syndicat Unifor qui a qualifié son entreprise de succursale américaine.

«Nous ne sommes pas une succursale d'une entreprise américaine. Nous sommes une entreprise québécoise. Est-ce que le concessionnaire Trois-Rivières Toyota est une entreprise japonaise parce qu'il vend des véhicules d'un constructeur japonais? Absolument pas», soutient-il. «Nos camions sont 90 % américains, alors que ceux de mon compétiteur le sont à 80 %.»

Rappelons que la Ville de Trois-Rivières a relancé la semaine dernière le processus d'appel d'offres pour l'acquisition d'un camion d'incendie, en faisant passer le délai de livraison de 60 à 240 jours, afin de favoriser la compétition entre les entreprises. Une semaine plus tôt, Unifor avait interpellé le maire lors d'une assemblée publique du conseil municipal pour que la Ville favorise les entreprises locales. La Ville assure toutefois que le processus d'appel d'offres était déjà enclenché avant l'intervention du syndicat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer