Règlement sur l'eau: deux conseillers dénoncent le «recul» du conseil

Le conseiller Pierre-Luc Fortin... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le conseiller Pierre-Luc Fortin

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pour une rare fois cette année, un règlement a été soumis au vote lors d'une assemblée publique du conseil municipal de Trois-Rivières. Le «recul» de l'administration municipale au sujet de la modernisation du règlement sur l'eau a été dénoncé lundi soir par deux conseillers, Pierre-Luc Fortin, du district des Estacades, et Marie-Claude Camirand, du district de Chavigny.

«Il y a eu un processus démocratique sur ce règlement. Un comité a été formé et l'ensemble des conseillers ont été invités à s'y joindre et à participer aux décisions. Des experts et la population ont été consultés», a affirmé le conseiller Pierre-Luc Fortin. «La population a été consultée par un sondage et elle affirmait qu'elle était prête à s'arrimer avec la réglementation de l'est. Nous étions unanimes jusqu'à la dernière séance du conseil. Pour une question de principe, je m'oppose.»

De son côté, Marie-Claude Camirand estime qu'il s'agit «d'un retour en arrière». «La dernière fois, on a adopté un règlement qui resserrait la vis. Et avec les plaintes, le conseil a décidé de revenir en arrière», indique la conseillère de Chavigny. «La Ville veut s'orienter vers le développement durable. Le règlement que nous avions adopté, c'était pour aller en ce sens, pour limiter l'eau potable afin de l'économiser. Ça ne répond pas aux objectifs de développement durable.»

Malgré l'opposition de deux conseillers, le nouveau règlement sur l'eau, qui a moins de mordant que sa précédente version, a été adopté par la majorité des conseillers, sous les applaudissements des citoyens présents dans la salle. Avant l'assemblée, le maire Yves Lévesque a réitéré qu'il trouvait l'ancienne mouture du règlement sur l'eau «illogique».

Rappelons que la Ville, qui avait l'intention d'adopter un règlement interdisant notamment l'usage de dispositifs d'arrosage automatique à l'image de ce qui était déjà en place à l'est de la rivière Saint-Maurice, est revenue sur sa décision devant les nombreuses réactions de citoyens mécontents.

Le nouveau règlement doit entrer en vigueur le 24 juin. Celui-ci autorise l'utilisation des systèmes d'arrosage automatiques sur tout le territoire à raison d'une heure, de 20 h à 21 h, conformément à la règle des jours pairs et impaires en fonction de l'adresse civique. Il est aussi autorisé d'arroser de façon manuelle, de 19 h à 21 h, selon le même horaire. De plus, interdits dans le précédent règlement, les systèmes d'irrigation automatiques sont désormais permis, à condition d'être munis d'une sonde d'humidité et d'une minuterie adaptée selon la nouvelle période d'arrosage.

Rappelons que Québec demande aux municipalités de réduire de20 % la consommation de l'eau. Pierre-Luc Fortin, qui représente des citoyens qui vivaient déjà avec des normes plus sévères, soutient que si Trois-Rivières est déjà sous la cible québécoise, «c'est en bonne partie en raison de la réglementation plus stricte qu'on a à l'est de la rivière».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer