La gare maritime devra attendre

Alors que les navires de croisière n'ont jamais... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Alors que les navires de croisière n'ont jamais été aussi nombreux à faire escale à Trois-Rivières, le projet de gare maritime pour accueillir les voyageurs n'a pas encore été approuvé par Québec.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Même si la ministre du Tourisme du Québec, Dominique Vien, a annoncé en février dernier à Trois-Rivières une enveloppe de 30 millions $ pour favoriser des projets touristiques le long du fleuve Saint-Laurent à l'heure où les croisières sont de plus en plus nombreuses, le projet de gare maritime de la cité de Laviolette n'a toujours pas été approuvé par Québec. Résultat, les quelque 7500 croisiéristes attendus en 2015 à Trois-Rivières seront tous accueillis dans des chapiteaux.

La ville est pourtant une destination en croissance. Si Trois-Rivières a accueilli 2000 passagers en 2014, elle s'apprête à recevoir 7500 croisiéristes à bord de dix-huit navires cette année. Les navires sont au rendez-vous et la Ville espérait offrir à leurs passagers des infrastructures de qualité. D'ailleurs, le M/S Saint Laurent est attendu aujourd'hui même au parc portuaire. Le projet de gare maritime se chiffre à un peu moins de 600 000 $ et Québec doit accorder une subvention de près de 175 000 $. Si le port de Trois-Rivières offre une participation de 85 000 $, la Ville doit payer le reste.

«Nous étions convaincus que la gare maritime allait être prête cette année», a avoué le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. «Mais nous attendons toujours l'approbation de Québec. Nous ne pouvons pas commencer les travaux sans ça. De plus, avec les festivals et les croisières, nous ne pourrons commencer les travaux avant l'automne afin d'être prêts pour la prochaine saison.»

Les locaux occupés par la Corporation de l'amphithéâtre ont pourtant été libérés dernièrement pour permettre la réalisation des travaux, note le maire. «Nous allons donc devoir utiliser des chapiteaux encore cet été et nous aurions pu économiser environ 20 000 $ en frais de location.»

Yves Lévesque trouve par ailleurs curieux qu'un fonctionnaire chargé d'étudier le projet de gare maritime ait communiqué avec la Ville pour demander à quoi serviront les infrastructures en hiver. Le maire soutient qu'il est pourtant évident qu'une gare maritime conçue spécifiquement pour accueillir les croisiéristes ne sera utilisée que lors de la saison des croisières, soit de mai à octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer