Lévesque rêve encore d'un hôtel sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent

Yves Lévesque rêve d'un projet d'hôtel et de... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Lévesque rêve d'un projet d'hôtel et de la conversion du hangar numéro 1 pour bonifier l'attrait touristique de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que les derniers travaux sont en cours sur le site de l'Amphithéâtre Cogeco pour que tout soit prêt pour accueillir les spectateurs, Yves Lévesque rêve d'un projet d'hôtel et de la conversion du hangar numéro 1 pour bonifier l'attrait touristique de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

«Il y a beaucoup de potentiel. Il y a aussi plusieurs idées sur la table pour la conversion du hangar qui pourraient amener une plus-value entre Trois-Rivières sur Saint-Laurent et le parc portuaire. [...] Et il y a un potentiel pour un hôtel à cet endroit, on ne se le cachera pas», soutient Yves Lévesque.

«C'est un bel emplacement, mais il faut prendre le temps de faire les choses correctement.»

Le maire avoue que la Ville a rencontré des promoteurs intéressés par le développement de ce secteur.

«Nous avons quelqu'un qui a un projet pour un hôtel», confirme-t-il. «Le hangar pourrait devenir un générateur de nuitées, ce qui nous permettrait d'avoir un hôtel. Si on veut augmenter les nuitées, il faut augmenter l'offre touristique. C'est ce que nous faisons avec l'amphithéâtre.»

Bien qu'il ne ferme pas la porte à l'établissement d'un marché public dans le hangar, le maire se garde bien pour l'instant d'évoquer la nature des projets sur la table, disant qu'ils sont trop embryonnaires.

«Dans le privé, la rentabilité de ça n'est pas là. Il faut être partenaire du projet soit par des congés de taxes ou par d'autres mesures. [...] Mais dans un monde idéal, le public ne serait pas dans le projet», ajoute le maire qui souligne par la même occasion qu'il s'agit de projets qui seraient développés «sur plusieurs années».

«Mais il y a tellement de potentiel. À partir du moment que l'amphithéâtre est fait, il faut absolument faire le lien avec le parc portuaire.»

Le lien entre le parc portuaire et le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, où l'on retrouve, ou retrouvera, dans l'ordre, d'ouest en est, l'amphithéâtre, un parc public puis le musée Boréalis, est essentiel dans la vision du maire. Cela permettrait d'éviter de créer deux pôles d'attraction qui seraient, en quelque sorte, en concurrence l'un envers l'autre.

Le hangar numéro 1 est la propriété du Port de Trois-Rivières. Joint en fin de journée hier, le directeur général du port, Gaétan Boivin, soutient que l'administration portuaire n'est pas fermée à l'idée de discuter avec la Ville d'un éventuel projet. Toutefois, comme rien de concret n'est présentement sur la table, M. Boivin affirme que la possibilité de vendre ou louer cette infrastructure n'a pas été étudiée.

Dernier droit pour l'Amphithéâtre Cogeco

Alors que le maire rêve déjà au futur du site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, le conseil municipal a accordé lundi les derniers contrats pour l'amphithéâtre.

La Ville a donc octroyé le contrat pour paver l'avenue des Draveurs ainsi que les rues adjacentes et pour l'aménagement paysager extérieur de l'amphithéâtre. Ce contrat, d'une valeur de9 millions $, prévoit également la construction de trottoirs et traverses en pavés de béton.

De plus, la Ville de Trois-Rivières a modifié onze contrats lundi soir afin de réaliser les travaux d'aménagement paysager autour de l'amphithéâtre ainsi que des travaux de peaufinage sur le bâtiment. Ces investissements totalisent près de 667 000 $.

À quelques semaines de la fin des travaux, Yves Lévesque assure que le budget de près de 50 millions $ pour la construction de l'amphithéâtre sera respecté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer