Des jeunes demandent des parcs sans fumée à Trois-Rivières

Essoninam Banakina, Ophélie Pruneau, Yango Razakamananifitiry, Jasmine Florent,... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Essoninam Banakina, Ophélie Pruneau, Yango Razakamananifitiry, Jasmine Florent, Aurélie Frénée-Larose et Jennifer Désilets de la Gang allumée de l'école secondaire des Pionniers ont demandé lundi aux élus trifluviens d'interdire la cigarette dans les parcs de Trois-Rivières.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les membres de la Gang allumée de l'école secondaire des Pionniers à Trois-Rivières ont fait très bonne impression lundi soir lorsqu'elles sont allées présenter leur projet de parcs sans fumée aux élus trifluviens. Devant les arguments des six adolescentes, le maire Yves Lévesque a ouvert la porte à l'interdiction de fumer dans les parcs essentiellement fréquentés par les enfants.

Essoninam Banakina, Ophélie Pruneau, Yango Razakamananifitiry, Jasmine Florent, Aurélie Frénée-Larose et Jennifer Désilets, toutes des élèves de deuxième secondaire, ont profité de la période de questions de l'assemblée publique du conseil municipal de lundi soir pour aborder la question de la cigarette dans les parcs publics.

«Ça fait deux ans que la plupart d'entre nous sommes dans la Gang allumée. Et on s'est dit pourquoi ne pas faire un règlement pour l'environnement des jeunes. Il y a des fumeurs partout et on devrait faire des parcs sans fumée», a expliqué en entrevue la jeune Essoninam Banakina, porte-parole de la Gang allumée.

«Je suis allé à plusieurs camps de jour et il y avait toujours des mégots de cigarettes. Il y en avait même dans les bacs de sable. C'était écoeurant», a précisé Jennifer Désilets.

Les adolescentes ont présenté leurs arguments en faveur de parcs sans fumée. Ceux-ci reposaient sur des sondages effectués auprès de quelque 300 élèves de leur école secondaire. Elles ont également demandé au maire si la Ville fait tout pour protéger l'environnement. Une adolescente a aussi souligné au premier magistrat que Trois-Rivières pourrait devenir une Ville amie des enfants avec des parcs sans fumée, avant de lui dire que cela est un argument «très vendeur pour Trois-Rivières».

À la fin de leur présentation, les adolescentes ont brandi des affiches «T-Rès sans fumée», en référence au slogan utilisé par Tourisme Trois-Rivières.

Yves Lévesque a affirmé après la présentation des adolescente que la Ville allait se pencher sur la possibilité d'interdire la cigarette dans certains parcs où il y a des modules de jeux ou des jeux d'eau.

«Ça nous satisfait. C'est pour les jeunes qu'on fait ça. Les enfants sortent de chez eux pour jouer dehors et prendre de l'air, ce n'est pas pour respirer de l'air pollué», a confié Essoninam Banakina. «On veut de l'air pur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer