La guerre aux nids-de-poule est ouverte

La guerre aux nids-de-poule est commencée à Trois-Rivières.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La guerre aux nids-de-poule est commencée à Trois-Rivières.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La guerre aux nids-de-poule est ouverte à Trois-Rivières, comme dans toutes les grandes villes du Québec. Même si l'hiver semblait interminable par moments, la saison froide est presque derrière nous. Comme à chaque printemps, le dégel des routes entraîne des milliers de bris de la chaussée.

À Trois-Rivières, les cols bleus bouchent entre 600 et 700 nids-de-poule chaque jour lors de cette période, pour un total de16 000 par année.Une réunion de coordination avait d'ailleurs lieu hier à la Ville de Trois-Rivières afin d'établir la stratégie de «lutte» aux nids-de-poule. Dès la semaine prochaine, six équipes de cols bleus travailleront le jour et le soir et trois autres équipes seront en poste la nuit pour réparer le plus de nids-de-poule possible.

«Chaque jour lors de cette période, nous recevons un ou deux voyages d'asphalte tiède de Montréal. Cela représente de dix à douze tonnes par jour», explique le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant, qui précise que la «guerre» aux nids-de-poule coûte près de 75 000 $ par année. «Il faut y faire face, mais nous avons diminué les coûts. Il y a quelques années, ça coûtait près de 120 000 $ réparer les nids-de-poule.»

La Ville de Trois-Rivières souligne qu'elle investit de 3 à 5 millions $ par année pour le pavage des rues. Yvan Toutant précise que les routes plus problématiques en ce qui concerne la désagrégation de la chaussée ont été réparées ces dernières années.

Parallèlement, les cols bleus doivent s'assurer que les quelque 15 800 puisards de Trois-Rivières sont dégelés, pour permettre à l'eau de la fonte des neiges de s'écouler rapidement.

Cette semaine, quatre équipes de travailleurs parcourent la ville avec des bouilloires industrielles alors que quatre autres se consacrent aux travaux d'excavation. Lors de la réunion d'hier, les travaux publics ont déterminé les priorités. Les puisards bouchés qui sont situés près d'unimmeuble seront débloqués en priorité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer