Démolition de l'église Saint-Philippe: le budget respecté

La démolition de l'église Saint-Philippe a débuté mercredi.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La démolition de l'église Saint-Philippe a débuté mercredi.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À quelques semaines de la fin du chantier de démolition de l'église, tout indique que le dossier sera conclu en respect du budget accordé à CFG Construction.

En novembre dernier, le conseil trifluvien a signé avec cette entreprise de Québec un contrat de 459 727,54 $. Le chantier n'a semble-t-il pas réservé trop de mauvaises surprises au démolisseur.

«Le budget est respecté, confirme Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières. Et quand l'entrepreneur aura fini la démolition, il fera le ménage. Le terrain va être propre quand CFG va quitter.»

L'étape de la démolition a débuté hier sur la partie située le long de la rue Saint-Olivier. L'entrepreneur s'affaire à retirer les briques de la bâtisse et devrait en récupérer une bonne partie.

«Il y a une clause au contrat qui dit que l'entrepreneur peut récupérer tout le matériel qu'il peut. Ensuite, il va s'attaquer à la démolition du bâtiment», explique M. Toutant.

CFG Construction a pu amorcer la démolition de l'église Saint-Philippe, car les tests d'air indiquent que l'air ambiant de l'intérieur de la bâtisse est libre de toute poussière d'amiante. Ce produit jadis utilisé comme isolant a par ailleurs été acheminé à un site de disposition approuvé par le ministère de l'Environnement.

Le calendrier des travaux prévoit la fin du chantier au début mars. Comme le jugement de la Cour supérieure le permet, la Ville de Trois-Rivières va bientôt entrer en contact avec Excavation Ovila Despins et toute partie reliée de près ou de loin au dossier afin de récupérer le maximum d'argent consacré à cette démolition. Si jamais la Ville ne peut y parvenir totalement, elle prendra possession du terrain pour le revendre à un promoteur ayant le désir de réaliser un projet.

«La bonne nouvelle pour les citoyens est que le côté dangereux est disparu, estime le porte-parole. Ce sera une très bonne chose.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer