Les pantalons de camouflage de retour à Trois-Rivières

Les policiers de Trois-Rivières ont mis leur pantalon... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Les policiers de Trois-Rivières ont mis leur pantalon de camouflage au placard, mais ce n'est pas le cas des pompiers dont la convention collective est échue depuis l'an dernier.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À l'aube de la reprise des négociations pour le renouvellement de leur convention collective, échue depuis l'an dernier, les pompiers de Trois-Rivières ont remis le pantalon de camouflage. Avec en poche un mandat pour faire appel à un processus d'arbitrage si les négociations piétinent, le syndicat souhaite une transformation en profondeur de certaines pratiques au service de sécurité incendie.

«Mettre les pantalons de camouflage, ça ne change rien pour le citoyen. Nous ne mettrons pas la sécurité du public ou notre sécurité en jeu. Nous ne voulons pas léser les citoyens d'aucune façon», affirme d'emblée le président du syndicat des pompiers de Trois-Rivières, Gino Harnois, qui précise toutefois que la Ville a démontré dernièrement de l'ouverture.

Dans le cadre de ces négociations, le syndicat souhaite notamment une transformation en profondeur de la gestion du personnel du service de sécurité incendie. Plusieurs demandes syndicales concernent directement les pompiers temporaires. Ceux-ci doivent être disponibles 24 heures par jour une semaine sur deux. Lorsqu'ils ne sont pas en intervention, ils doivent demeurer disponibles chez eux à un salaire de 0,95 $ de l'heure. Ce système favorise la précarité, estime le syndicat, en plus de pousser les jeunes pompiers qui vivent cette situation à quitter Trois-Rivières au profit d'autres services incendie.

«Plusieurs se remettent en question. Nous demandons un changement des procédures internes. C'est à coût nul ce qu'on demande», affirme M. Harnois qui n'hésite pas à qualifier ces conditions de travail de «cheap labor». «Il y a un roulement de personnel incroyable. Nous en avons perdu cinq dernièrement et un autre partira bientôt.»  

Réunis en assemblée générale, les membres du syndicat des pompiers ont donné dernièrement, à très forte majorité, le mandat à leurs représentants syndicaux de demander au besoin un processus d'arbitrage. Même si le syndicat a cette carte dans ses mains, Gino Harnois soutient qu'il n'entend pas l'utiliser. Le syndicat souhaite donner la chance aux négociations qui reprendront la semaine prochaine. «Nous avons quatre rencontres de négociations prévues en février», précise le président du syndicat qui affirme par la même occasion que la Ville fait preuve d'ouverture. 

Par ailleurs, rappelons que la Ville de Trois-Rivières s'est adressée au ministère de la Sécurité publique afin de réduire ses effectifs sur le terrain. On retrouve présentement cinq pompiers en tout temps à chacune des casernes de Trois-Rivières-Ouest et de Cap-de-la-Madeleine. Or, la Ville souhaite maintenant que quatre pompiers et un chef soient présents en tout temps à chacune de ces casernes. Malgré cette diminution d'effectifs, la Ville croit pouvoir intervenir avec treize pompiers en dix minutes. Cette demande est toujours à l'étude. 

Le président du syndicat des pompiers estime que le projet de la Ville de réduire les effectifs risque de mettre la population en danger. M. Harnois souligne de plus que la construction d'une nouvelle caserne dans le nord de la ville n'entraînera pas d'ajout d'effectifs. Des pompiers des autres casernes ne seraient qu'affectés à ce nouveau bâtiment.

Bien que l'emplacement exact de cette caserne n'a pas encore été choisi, la Ville espère la construire en 2015. «Il va y avoir des pompiers dans la nouvelle caserne, mais il va en avoir moins dans les casernes de Cap-de-la-Madeleine et de Trois-Rivières-Ouest», note M. Harnois. «On ne comprend pas la situation, mais le ministère n'a pas dit oui à la demande.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer