Les clochers de l'église Saint-Philippe ont disparu du paysage

Les clochers de l'église Saint-Philippe sont maintenant complètement... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les clochers de l'église Saint-Philippe sont maintenant complètement retirés de la structure de la bâtisse.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Depuis jeudi soir, l'église Saint-Philippe à Trois-Rivières n'a plus de clochers. Le travail des ouvriers en démolition, chargés du chantier de l'église Saint-Philippe, s'est achevé pour l'année 2014 avec la démolition complète des deux imposants clochers qui régnaient sur le quartier Saint-Philippe. Le chantier reprendra maintenant le 5 janvier, après la période des Fêtes.

Le chantier de démolition fera relâche jusqu'au 5... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le chantier de démolition fera relâche jusqu'au 5 janvier, mais une surveillance constante continuera de s'opérer autour de la bâtisse.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Vendredi, les ouvriers se sont affairés à finaliser l'installation intérieure des équipements pour le retour au travail au 5 janvier. Ils ont également procédé à des travaux afin de sceller le toit correctement, étant donné que les espaces vides laissés par les clochers pouvaient laisser place à de l'infiltration durant l'arrêt des travaux. 

Au retour des Fêtes, les travailleurs s'attaqueront à l'amiante et devraient en avoir pour tout le mois de janvier, explique Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

«Le contracteur a également procédé à l'installation de douches sur place pour que les travailleurs qui seront de retour après les Fêtes puissent, à chaque jour, laisser leur équipement et les vêtements de travail sur place et se laver, afin de s'assurer qu'aucune poussière d'amiante ne quitte le chantier. Ça entre dans le plan de travail que nous avions fourni à la CSST et on va s'employer à le respecter à la lettre», soutient M. Toutant.

Une fois le travail complété au niveau de l'amiante, la vraie démolition du bâtiment débutera en février et le bâtiment devrait être démoli par section. 

«Il est important de préciser que le site ne sera pas laissé à l'abandon durant les vacances de Noël. Il y aura une surveillance continuelle avec des gardiens de sécurité qui ont été mandatés expressément pour ça», ajoute Yvan Toutant, qui constate que les échéanciers fixés au départ sont présentement respectés à la lettre.

«On espère que ça va se poursuivre comme ça après les vacances et qu'il n'y aura pas de mauvaise surprise, mais pour le moment nous sommes dans les temps», mentionne-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer