Des économies de 11,36 M$ si Trois-Rivières passait à la SQ

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, affirme que... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, affirme que les Villes devraient avoir le choix de leur service de police.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Quelques heures après que les élus trifluviens eurent adopté le budget 2015 dans lequel des augmentations de taxes de 2,8 % sont prévues, le maire Yves Lévesque a dénoncé ce qu'il estime être une inégalité entre les grandes et les petites villes du Québec.

Le maire affirme que la Ville diminuerait ses dépenses liées au service de police de 11,3 millions $ annuellement si elle était desservie par la Sûreté du Québec (SQ) plutôt que par la Sécurité publique. Yves Lévesque souhaite avoir le choix du service de police ou bien être dédommagé pour les coûts supplémentaires.

«Si nous avions accès au même programme que les villes de 100 000 habitants et moins [Trois-Rivières comptait 133 809 habitants en 2013], il nous en coûterait à Trois-Rivières, selon les chiffres de 2012, 14,2 millions $ [avec la SQ] plutôt que 25,5 millions $ pour notre service de police», a affirmé le maire lundi soir en marge de l'assemblée régulière du conseil municipal.

Le maire de Trois-Rivières estime qu'il s'agit d'une question d'équité envers les municipalités de la province. C'est pour cette raison, dit-il, qu'il demande à Québec de donner la possibilité aux municipalités de choisir leur service de police ou bien d'être dédommagé pour les coûts supplémentaires. «Le gouvernement a mis la barre à 100 000 habitants et moins pour qu'une ville soit desservie par la SQ», ajoute le maire en affirmant que les municipalités qui utilisent la SQ sont soutenues par l'État.

«La logique ne tient plus la route lorsqu'on permet aux villes de 100 000 personnes et moins d'avoir accès à la SQ. Cela représente des économies importantes. Si on veut être équitable, il faut permettre cette possibilité à l'ensemble des municipalités. Car présentement, c'est inéquitable. Nos citoyens payent 100 % de la police.»

Yves Lévesque avoue toutefois que cette proposition tombait à point lundi, alors que la Ville de Trois-Rivières adoptait son budget qui prévoit des hausses de taxes de 2,8 %. Il soutient de plus que cette question d'accès au programme de subvention de service de police ainsi que la négociation du prochain pacte fiscal seront des priorités pour l'année 2015.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer