Trois-Rivières: hausse de taxes de 2,8 %

Le budget de l'administration Lévesque représentera une hausse... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le budget de l'administration Lévesque représentera une hausse de 68,40$ pour une maison moyenne évaluée à 165 000 $.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'impact des réductions de transfert de Québec en lien avec le pacte fiscal transitoire, la troisième phase de mise en place du schéma de couverture de risques et les pertes récurrentes de taxes dues à la pyrrhotite entraîneront une hausse moyenne du compte de taxes des contribuables trifluviens de 2,8 % en 2015.

budget de l'administration Lévesque, établi à 251,4 M$ pour l'année 2015, représentera donc une hausse de 68,40 $ par année du compte de taxes pour une maison moyenne évaluée à 165 000 $.

Cette augmentation comprend notamment des hausses de tarifs pour les services d'aqueduc et d'égout. 

Le maire Yves Lévesque ne le cache pas: si l'administration municipale ne s'était pas, l'an dernier, lancée dans un processus de réingénierie intensive, menant notamment à l'abolition de 23 postes permanents, l'augmentation du compte de taxes aurait frôlé les 5 %. 

Toutefois, les économies réalisées par cette réingénierie serviront à amoindrir l'impact du pacte fiscal sur la facture des contribuables. Il faut ajouter à cela un montant de 700 000 $ de surplus provenant de la Ville et de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) qui sera temporairement affecté à alléger le fardeau fiscal, une première pour l'administration Lévesque.

«C'est la première fois de ma vie que je fais ça, de prendre des surplus pour gérer des dépenses récurrentes. Nous l'avons fait pour maintenir la hausse de taxes en bas du 3 %. C'est d'ailleurs pourquoi on espère que ce sera une mesure transitoire. Nous avons espoir

d'un meilleur partage avec Québec parce que si c'est récurrent, le problème l'an prochain sera exponentiel», signale Yves Lévesque.

Ainsi, du 2,8 % d'augmentation, la Ville attribue sa part de responsabilité à 0,5 %, soit 0,13 % pour l'indexation des services courants et 0,37 % pour les tarifs d'eau et d'égouts. La différence se divise entre le pacte fiscal et les coupures aux CLD (IDE Trois-Rivières) à 1,63 % et le schéma de couverture de risques à 0,67 %.

Au chapitre des différents secteurs, ce sont une nouvelle fois les résidents du secteur Cap-de-la-Madeleine qui ont le taux de taxation le plus élevé, avec 1,3100 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Ce calcul est possible quand on combine le taux de taxation général (1,2723 $) au taux de taxes du service de la dette des ex-villes (0,0377 $ pour le secteur Cap-de-la-Madeleine).

Suivent les secteurs de Pointe-du-Lac (1,3021 $), Trois-Rivières (1,3008 $), Sainte-Marthe-du-Cap (1,2943 $), Trois-Rivières-Ouest (1,2875 $), et finalement Saint-Louis-de-France (1,2846$). Ce classement reflète à la lettre celui de l'année 2014. La Ville estime par ailleurs que ces dettes des ex-villes devraient d'éteindre presque en totalité au plus tard en 2019, avec de légères variations par la suite pour en arriver à un règlement final en 2025.

Hausse des frais

de fonctionnement

Si l'on fait abstraction des dépenses sans impact fiscal, on note une hausse des frais de fonctionnement de l'ordre de 3,2 % par rapport à l'an dernier, soit 7,6 M$ en 2015. Parmi ces dépenses, signalons 1,6 M$ en immobilisations qui seront payées comptant. La troisième et dernière portion de mise en place du schéma de couverture de risques coûtera 1,2 M$, autant que le budget alloué au démarrage de l'Amphithéâtre Cogeco. 

L'augmentation de la masse salariale coûtera 1,1 M$, et la quote-part de la Régie de gestion des matières résiduelles augmente de 300 000 $. 700 000 $ sont attribuables à la diminution des remboursement de TVQ, 300 000 $ iront à IDÉ Trois-Rivières pour éponger le désengagement de Québec, 400 000 $ sont liés à la hausse des coûts d'énergie et 200 000 $ supplémentaires seront affectés au Fonds de développement du logement social.

Notons par ailleurs que les citoyens des secteurs des Vieilles-Forges et de Pointe-du-Lac pourront eux aussi cette année compter sur le programme d'épandage pour le contrôle des insectes piqueurs. Ils s'ajoutent donc aux citoyens de Sainte-Marthe et de Saint-Louis-de-France qui y avaient aussi droit. Toutefois, cette année, la Ville est parvenue à délimiter plus spécifiquement les secteurs qui seront couverts par cette mesure, et uniquement les citoyens compris à l'intérieur de ces zones se verront imposer une taxe spéciale pour financer ce service.

Le maire Yves Lévesque est par ailleurs revenu sur les paiements tenant lieu de taxes pour les différents édifices gouvernementaux. Selon lui, le gouvernement ne paie que 40 % à 50 % de ce qui est exigé de n'importe quel autre citoyen corporatif, traduisant un manque à gagner de 12 M$ annuellement. 

«Si le gouvernement prenait l'engagement de payer 100 % des taxes, sans aucun autre programme provincial, on viendrait déjà de régler le problème de déséquilibre», martèle Yves Lévesque.

Portrait type d'une maison unifamiliale de 165 000 $

En 2014En 2015Majoration
Foncière, eau et égout2441,24 $    2509,64 $     + 68,40 $
Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer