Trois-Rivières sur Saint-Laurent: du retard dans les travaux

Plusieurs contraintes ont mené à des retards dans... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Plusieurs contraintes ont mené à des retards dans la construction du second immeuble à condos de Trois-Rivières sur Saint-Laurent. La construction de l'immeuble de 40 condos devrait débuter en février et celui-ci devrait être livré en septembre, selon le promoteur.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que la construction du deuxième immeuble à condos à Trois-Rivières sur Saint-Laurent devait débuter à la fin de l'été dernier, plusieurs contraintes ont forcé le promoteur du projet à revoir ses plans et à accuser un certain retard dans la construction de l'immeuble de 40 condos. Résultat: la construction devrait démarrer en février pour une livraison des condos en septembre plutôt qu'au 1er juillet.

Richard Thibault, promoteur du projet.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Richard Thibault, promoteur du projet.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Le promoteur de «L'adresse sur le fleuve», Richard Thibault, confirme en effet que l'organisation a dû composer avec deux problématiques majeures. La première: des travaux d'excavation menés par la Ville sur la rue des Draveurs ont entraîné l'entreposage de matériel contaminé sur les terrains du promoteur, ce qui a forcé la tenue de travaux de décontamination pour s'assurer que tout répondait toujours aux normes du ministère de l'Environnement.

Par ailleurs, l'attribution par Hydro-Québec d'une autorisation temporaire pour la construction du second immeuble vient à peine d'être accordée par la société d'État. Hydro-Québec procédera d'ailleurs, dès le printemps, à des travaux majeurs sur tout le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent pour l'installation permanente des réseaux électriques sous-terrains.

«Nous avons été tributaires de contraintes qui étaient hors de notre contrôle. Si on avait commencé le 1er septembre comme on voulait, la structure du second immeuble serait déjà debout. Mais nous envisageons le début de la construction au 1er février, ce qui devrait nous mener à une livraison au 1er septembre. On estime que ce n'est pas un si gros retard étant donné les contraintes rencontrées», constate Richard Thibault, qui ajoute avoir toujours obtenu une excellente collaboration de la Ville dans le processus.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, confirme que la Ville a dû procéder à des travaux de décontamination puisque le matériel entreposé répondait aux normes de décontamination du terrain de type commercial, mais qu'il ne devait pas entrer en contact avec un terrain résidentiel, puisque les normes de décontamination sont plus sévères. Les travaux de décontamination ont donc été effectués en bordure de la rue des Draveurs, une facture de près de 100 000 $ que la Ville devra assumer.

Désistements

Devant ces retards, certains propriétaires ont toutefois préféré se retirer du projet et aller acheter ailleurs. Deux acheteurs différents contactés par Le Nouvelliste ont confirmé qu'ils avaient préféré reprendre leur dépôt, étant donné que leur maison avait été vendue et qu'ils n'étaient pas en mesure d'avoir une certitude quant à la livraison à l'été de l'unité achetée.

Richard Thibault confirme qu'au total, trois propriétaires ont préféré se retirer du projet ce qui, selon lui, est normal dans la construction. «Il faut composer aussi avec le stress des gens. Lorsqu'ils signent avec nous, ils souhaitent avoir une clause conditionnelle à la vente de leur maison, mais dès qu'elle est vendue, ils souhaiteraient avoir leur unité pour le lendemain. C'est tout le temps comme ça dans la construction, il y a du mouvement. La période transitoire est stressante, mais une fois qu'ils sont installés, ils sont bien contents», constate le promoteur.

Ainsi, des 17 unités vendues dans le deuxième immeuble de 40 condos, trois sont de nouveau sur le marché. À 14 unités vendues, M. Thibault ne se dit pas dérangé de commencer tout de même la construction dès février. «Normalement, on commence lorsqu'on en a 50 % de vendus, mais à 14 ou 15 unités, nous on part. Dans le premier immeuble, il ne reste que huit unités à vendre et on s'attend à ce que l'ouverture de l'amphithéâtre à l'été crée aussi un engouement très positif», lance-t-il.

Il n'est d'ailleurs pas impossible que les travaux pour la construction de la première tour, dont 40 % des unités ont trouvé preneurs, puissent être lancés en même temps que le second immeuble de 40 unités, ou quelques semaines plus tard. La construction du club house et de la piscine pour les deux premiers immeubles est également toujours dans l'air, selon le promoteur, qui s'attend à lancer les travaux une fois que la structure du second immeuble sera montée.

Quant à la marina, le projet est toujours dans les cartons du promoteur, mais ne se réalisera probablement pas en 2015, étant donné que la Ville, le ministère de l'Environnement et Hydro-Québec doivent aussi être impliqués dans ce dossier et que les délais sont souvent prolongés lorsque plusieurs joueurs sont impliqués

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer