Altercation à l'hôtel de ville: pas de plainte, mais la police enquête (vidéo)

Partager

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a confirmé mercredi qu'il ne déposerait pas de plainte pour voies de fait contre le citoyen qui l'a agressé lundi soir, après l'assemblée publique du conseil. Par contre, les enquêteurs de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont décidé d'ouvrir une enquête et pourraient décider de déposer des accusations même s'il n'y a pas eu de plainte formelle.

C'est du moins ce qu'a indiqué, mercredi, le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant. «La Sécurité publique étudie toujours la question. Les enquêteurs sont en contact avec des procureurs de la couronne et ils vont soumettre leurs recommandations après l'analyse détaillée de la situation», explique-t-il.

Le dépôt d'accusations pourrait, selon le porte-parole, être envisagé pour «protéger l'institution» que constituent l'hôtel de ville, les élus et les assemblées du conseil municipal.

Lundi soir, les esprits se sont échauffés à la sortie de la salle des assemblées publiques de l'hôtel de ville trifluvien. Une discussion entre le maire Yves Lévesque et un citoyen, Paul Gentès, a dégénéré au point où le maire a été saisi au visage.

M. Gentès indique qu'il a voulu repousser le maire, qui lui parlait à quelques centimètres seulement du visage. Après avoir été ainsi saisi, le maire a agrippé le poignet du citoyen, avant que d'autres personnes, témoins de la scène, interviennent pour calmer les esprits.

Le maire répondait au citoyen qui lui reprochait d'avoir quitté brusquement la période de questions. Yves Lévesque est en effet sorti pendant une question d'un citoyen, demandant au maire suppléant, Fernand Lajoie, de prendre le relais.

Le maire a voulu aller discuter avec Yvon Boivin et deux autres personnes qui venaient de poser une question au sujet de l'impact de la pyrrhotite sur les évaluations municipales. Le trio avait décidé de quitter après que M. Boivin eut pu poser sa question. Le maire a voulu les rattraper.

Une fois la séance levée par le conseiller Lajoie, certains citoyens trouvaient déplorable de n'avoir pu adresser leur question au maire. Paul Gentès a mentionné à Yves Lévesque qu'il considérait que c'était un manque de respect d'avoir ainsi quitté pendant la période de questions.

L'altercation a été filmée, vraisemblablement par un citoyen présent à l'assemblée publique, au moyen d'un téléphone intelligent.

Un extrait d'une dizaine de secondes a été transmis à un média, qui l'a relayé à la Ville. D'autres médias ont par la suite diffusé l'extrait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer