Lancement de l'offensive Vide-tirelire

Au lancement de la campagne «Vide-tirelire: augmentez leur...

Agrandir

Au lancement de la campagne «Vide-tirelire: augmentez leur espérance de vie», on apercevait Élisabeth Caron, agente de communication et vie associative chez Desjardins, Luc Bélisle, directeur général de la Fondation Le Parrainage, Yves Bourque, athlète en ski de fond paranordique qui bénéficie du soutien financier de la Fondation InterVal, et Pierre-Louis Jacob, administrateur de la Fondation InterVal.

Partager

Sur le même thème

Roland Paillé
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dans le sillon de la décision de la Monnaie royale du Canada de retirer la «cenne» de la circulation, l'AFÉSAQ (Association des fondations d'établissements en santé du Québec, qui regroupe 114 membres) et trois fondations de la région, Desjardins, Le Parrainage et InterVal, ont lancé hier l'offensive «Vide-tirelire: augmentez leur espérance de vie» qui vise à débarrasser les gens de leurs sous noirs d'ici le 30 juin.

Dans son allocution, Roland Granger, président-directeur général de l'AFÉSAQ, a relevé que c'était la première fois que des fondations sociales et du secteur de la santé s'unissaient dans une même campagne de financement. «Lorsque les caisses Desjardins ont choisi des fondations du réseau de la santé et des services sociaux comme partenaires, j'étais très enthousiaste... Et quand les fondations ont répondu à l'invitation de l'AFÉSAQ de faire front commun pour réaliser la première mobilisation générale de notre secteur, j'étais euphorique», a-t-il exprimé. «Mais quelque peu inquiet de relever le défi de la mise en place d'une telle offensive. Parce que c'est la première fois que des fondations du réseau de la santé et des services sociaux font une action commune dans le cadre d'une collecte de fonds. Et j'espère que ce n'est pas la dernière fois», a ajouté M. Granger. Il a également souligné que l'argent recueilli ici restera ici.

L'entente entre les parties prévoit que les fruits de cette collecte seront partagés comme suit: 10 % à l'AFÉSAQ, 20 % à la Fondation Desjardins, 35 % à la Fondation Le Parrainage et 35 % à la Fondation InterVal. Le public est donc invité à apporter ses sous noirs dans les caisses Desjardins ainsi qu'aux points de service du CRDITED MCQ-IU (pourLe Parrainage) et d'InterVal. Chaque fondation ou association accueillera avec joie les sous de la population pour leur mission respective. L'AFÉSAQ souhaite profiter de cette occasion pour recueillir des fonds afin de venir en aide à ses fondations membres. Les sommes amassées permettront aux établissements de santé et de services sociaux d'acquérir de nouveaux équipements et d'améliorer leurs services, tandis que la Fondation Desjardins offrira des bourses d'études dans le domaine de la santé.

Si personne n'a fixé d'objectif au cours de la conférence de presse, Luc Bélisle, directeur général de la Fondation Le Parrainage, a avancé le chiffre de 34 milliards de sous noirs en circulation au Canada. Toujours d'après lui, chacun des Canadiens aurait en moyenne 1000 de ces sous (soit 10 $). Et comme la population de Trois-Rivières est approximativement de 134 000 citoyens, M. Bélisle ajoute qu'il y aurait à Trois-Rivières environ 1 340 000 $ en «cennes» dans les tiroirs, les «cochons» et les poches des gens.

Le vieux dicton «C'est avec des cennes qu'on fait des piastres» aura été vrai jusqu'à la disparition finale du sou noir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer