Arrestation musclée: le maire de Trois-Rivières choqué et déçu

Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque.... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «C'est sûr que c'est désolant de voir cette situation. Ce n'est pas en utilisant la brutalité qu'on redore l'image de la police.»

Yves Lévesque se dit choqué, triste et déçu après avoir vu les images de l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur par des policiers de Trois-Rivières. Le maire convient d'emblée que ce genre de situation n'est pas souhaitable.

Le maire n'avait pas vu la bande-vidéo captée par le système de surveillance du Cégep de Trois-Rivières avant qu'elle ne soit rendue publique, jeudi après-midi. Selon lui, les premières informations du rapport de police indiquant que les agents avaient utilisé la force pour maîtriser le jeune suspect parce que ce dernier résistait à son arrestation tiennent difficilement la route.

«La vidéo dit carrément le contraire! Ce n'est pas toujours facile, le travail des policiers. À l'occasion, on peut avoir tendance à avoir des émotions qui débordent. Quand on voit la vidéo, on est indigné. Je suis convaincu que la fraternité policière n'est pas contente», raconte M. Lévesque, qui s'est levé de bonne heure hier matin pour répondre aux nombreuses demandes médiatiques, dont une d'un réseau de télévision des États-Unis.  

Le maire Lévesque estime que cette histoire «n'a pas terni l'image» des policiers de Trois-Rivières. «Ce n'est pas une situation agréable, mais il ne faudrait pas généraliser sur l'ensemble des policiers de Trois-Rivières», précise le maire. «Il faut faire attention. Les policiers ont droit à la présomption d'innocence.»

Maintenant que la vidéo a été rendue publique, la Ville de Trois-Rivières doit attendre la suite des procédures. L'administration municipale a suspendu les quatre agents avec solde. Elle n'a toutefois pas l'autorité de les suspendre sans salaire.

«S'ils sont accusés, c'est une suspension avec demi-solde. S'ils sont coupables, ça peut aller jusqu'au congédiement. C'est la justice qui va déterminer le tout. On prendra des mesures après le rapport.»?

Avec la collaboration de Gabriel Delisle

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer