Le Groupe des sept se défend d'avoir commis une faute

Sylvie Tardif, conseillère membre du Groupe des sept.... (Photo: Archives, Émilie O'Connor)

Agrandir

Sylvie Tardif, conseillère membre du Groupe des sept.

Photo: Archives, Émilie O'Connor

Partager

Bien qu'elle se défende d'avoir tenu des propos diffamatoires ou commis des fautes à l'endroit de Steve Dubé et Alain Lamarre, la conseillère membre du Groupe des sept, Sylvie Tardif, soutientattendre de voir le contenu de la proposition d'entente hors cour avant de se prononcer sur cette dernière.

La représentante du district Marie-de-l'Incarnation au conseil municipal indique par ailleurs qu'elle et ses collègues ne seront pas mis au courant du contenu de ladite proposition avant lundi.

«On ne peut pas refuser sans avoir lu. Notre avocat n'a rien reçu de formel. C'est donc difficile de dire si je suis d'accord ou non. Mais une chose dont nous sommes convaincus, c'est que nous n'avons pas fait de diffamation et nous n'avons pas commis de faute. Nos avocats nous le confirment. Nous avons juste fait notre travail d'élus. Nous avons seulement posé des questions, donné des avis et des commentaires sur la gestion d'une corporation paramunicipale», mentionne-t-elle.

Le fait d'avoir appris de la bouche d'un journaliste que le président de la Corporation de l'amphithéâtre, Roger Picard, s'apprêtait à présenter une proposition de règlement hors cour agace de plus la conseillère.

«Quel respect ils ont envers nous?», lance-t-elle sur un ton qui laisse sous-entendre qu'elle aurait bien aimé être mise au courant de ces tractations avant d'être interpellée par les médias.

La conseillère croit de plus que l'acceptation d'une entente hors cour pourrait avoir de graves conséquences sur la façon dont les élus de toutes les municipalités et villes du Québec pourraient faire leur travail.

«Si à chaque fois que quelqu'un te poursuit, pour acheter la paix, tu décides de payer même si tu n'es pas dans le tort, ça deviendrait difficile par la suite de faire son travail de conseiller. Ça serait difficile de prendre la parole au conseil», laisse-t-elle tomber.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer