Neige à la rue: un travail de sensibilisation signé ÉCOF

Partager

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

Ce n'est pas une mince tâche de changer les habitudes des citoyens en ce qui a trait au déneigement. Mais petit à petit, les nouvelles règles sont assimilées et les citoyens comprennent davantage les restrictions en vigueur et, surtout, les objectifs derrière la réglementation. Cette année encore, l'équipe de l'organisme ÉCOF ira sur le terrain sensibiliser les citoyens et rencontrer les déneigeurs privés pour tenter de trouver des terrains d'entente.

L'an passé, dans le cadre d'un projet-pilote, ÉCOF s'était intéressé au district de Marie-de-l'Incarnation, notamment aux quartiers Sainte-Cécile et Saint-François-d'Assise. «L'idée était de sensibiliser les gens en allant à leur rencontre, dès qu'il neigeait et qu'on se doutait qu'il allait y avoir des opérations de pelletage et de déneigement», explique Isabelle Hardy. La collaboration a été très bonne dans certains secteurs visités.

Le travail de l'équipe d'ÉCOF faisait suite à un constat de comportements délinquants un peu partout à travers la ville. Dans les premiers quartiers, la problématique est d'autant plus grande, notamment en raison de la petite superficie des entrées et des cours, de même que la présence de ruelles étroites.

Cette année, ÉCOF intensifiera ses efforts du côté du quartier Sainte-Marguerite, où on a rapporté de nombreuses plaintes de citoyens.

«Il y a beaucoup d'irritants en ce qui a trait à la neige et aux permis nécessaires», constate la conseillère du district, Catherine Dufresne. «La compréhension du règlement est parfois problématique et c'est pour ça qu'on veut aller sur le terrain», remarque-t-elle. La conseillère entend faire du porte-à-porte au cours de l'hiver, avec l'équipe d'ÉCOF, pour bien sensibiliser les citoyens.

Dans Sainte-Marguerite, une partie du problème viendrait des déneigeurs privés qui rejettent souvent la neige à la rue, après le passage des véhicules de déneigement de rues. «On a ciblé les entrepreneurs privés pour la démarche de cette année. On va aussi rencontrer les citoyens», indique la conseillère.

C'est maintenant un secret de Polichinelle que l'an dernier, l'idée d'abandonner le règlement sur l'interdiction de jeter la neige privée à la rue a circulé à l'hôtel de ville, compte tenu des irritants. Mais les autorités municipales estiment que compte tenu du temps qu'il faut pour changer les habitudes et implanter de nouvelles façons de faire, il vaut mieux poursuivre dans cette veine, étant donné que des progrès ont déjà été faits.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer