Rio Tinto Alcan: «On va mettre le paquet»

Le ministre des Finances Nicolas Marceau et le... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le ministre des Finances Nicolas Marceau et le député de Saint-Maurice Luc Trudel ont rencontré, jeudi matin, les différents intervenants shawiniganais afin de faire le point sur l'avenir du site de l'usine Rio Tinto Alcan.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Une importante rencontre a eu lieu jeudi matin, à Shawinigan, afin de faire le point sur le dossier de l'usine Rio Tinto Alcan et sur l'avenir du site de cette entreprise qui doit, rappelons-le, fermer ses portes un an plus tôt que prévu.

Le ministre des Finances Nicolas Marceau ainsi que le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs et ministre responsable de la région, Yves-François Blanchet, ont rencontré les différents acteurs impliqués dans le dossier, soit le maire, des représentants du CLD, de Rio Tinto Alcan et du syndicat des travailleurs afin de faire un tour d'horizon et d'assurer tout le monde que Québec serait présent pour fournir une aide advenant qu'un projet puisse voir le jour sur ce site.

«Nous allons porter une attention particulière à l'emploi à Shawinigan. On va mettre le paquet pour que ça fonctionne», a mentionné le ministre des Finances.

Ce dernier a signifié que plus d'un projet sérieux était sur la table pour relancer le site, mais il n'a pas donné plus de détails. «Le gouvernement a l'intention de faire tout ce qui est possible pour que les projets présentement à l'étude se matérialisent. Il n'existe pas de bon projet que l'on n'appuiera pas. Le mot d'ordre pour nous est rapidité, efficacité et flexibilité. On veut que ça aboutisse», ajoute Nicolas Marceau.

Ce dernier a semblé se réjouir de voir que tous les acteurs présents travaillaient dans le même sens et faisaient preuve d'une grande efficacité dans le démarchage afin de trouver une nouvelle vocation aux installations. «La priorité, c'est l'emploi, à Shawinigan comme partout dans la région. Nous avons pu constater tout le dynamisme des acteurs. Nous avons de très bonnes raisons d'être très optimistes. Investissement Québec, le ministère des Finances, de l'Environnement, sont tous à pied d'oeuvre pour faire en sorte que rapidement, un projet voit le jour sur le site de l'usine», signale le ministre Marceau.

Pour sa part, le député de Saint-Maurice, Luc Trudel, a soutenu les propos de son collègue. «Nous ne sommes pas dans la même situation qu'on était avec la Belgo il y a quelques années, où l'annonce de la fermeture nous est arrivée comme un gros coup. Déjà, des projets sont sur la table, il y a des pistes de solutions, et ce qu'on est venu garantir ce matin (hier), c'est le coup de pouce nécessaire de Québec pour qu'on aille plus rapidement dans le dossier», mentionne M. Trudel.

Le président du syndicat des employés de l'usine, Louis-Gérard Dallaire, a pour sa part rappelé l'importance pour lui que Québec s'implique aussi auprès des travailleurs qui perdront leur emploi.

«Nous avons échangé sur la réalité actuelle de ce qu'on vit à l'usine, de ce que les travailleurs vivent présentement, leurs besoins aussi en terme de reclassement, de formation. C'est évident qu'on souhaiterait bien avoir des investissements, mais pour nous les travailleurs, la priorité c'est le comité de reclassement, c'est Emploi-Québec qui va soutenir les travailleurs là-dedans. On cherche à avoir tous les moyens nécessaires pour permettre soit le reclassement des travailleurs ou la formation pour aller dans le bon sens», lance M. Dallaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer