Domaine Beauséjour: Robert Pilotte refuse l'offre de Michel Angers

Robert Pilotte a clairement mentionné au maire Angers... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Robert Pilotte a clairement mentionné au maire Angers qu'il n'était pas intéressé à négocier.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Rempli de bonnes intentions, le maire de Shawinigan, Michel Angers, souhaitait dénouer l'intrigant dossier du Domaine Beauséjour en organisant une réunion avec les deux parties impliquées, vendredi après-midi. Il pourra finalement consacrer cette plage horaire à d'autres fins, puisque l'ex-propriétaire du site historique, Robert Pilotte, n'est pas intéressé par cette rencontre.

L'ex-animateur de radio et actuel président de l'Association libérale provinciale du comté de Saint-Maurice rencontrait M. Angers à l'hôtel de ville, mercredi après-midi. Il avait sollicité ce rendez-vous après avoir appris que l'acquéreur du Domaine Beauséjour, Stéphane Montmorency, avait pu rencontrer le maire mardi matin.

M. Angers s'offrait comme médiateur dans ce dossier. Rappelons qu'après avoir acheté ce domaine en décembre, M. Montmorency et sa conjointe ont constaté qu'il manquait des artefacts sur le site. Preuve à l'appui, M. Pilotte précise que ces objets ne se retrouvaient pas dans le contrat de vente. Il ne voit donc pas pourquoi il devrait les rendre.

M. Montmorency a interpellé les élus à ce sujet le 15 janvier, en assemblée publique. Le conseil municipal ne souhaite évidemment pas s'impliquer dans un litige civil, mais il demeure tout de même préoccupé par le sort réservé à un site qu'il a désigné patrimonial en 2009.

Dans ce contexte, le maire a donc suggéré à MM. Montmorency et Pilotte de se rencontrer pour trouver un terrain d'entente. L'actuel propriétaire devait soumettre cette offre à son avocat. Mais mercredi, M. Pilotte a clairement mentionné au maire qu'il n'était pas intéressé à négocier. «Il pense que la partie légale est la voie à suivre», constate M. Angers. «Moi, ma préoccupation est de m'assurer que le patrimoine soit préservé. Il m'a assuré que ça avait toujours fait partie de ses priorités.»

Le maire laissera donc les belligérants régler leur différend devant un juge. «Moi, j'ai fait ma tentative», commente-t-il. «J'ai tenté de jouer un rôle de médiateur. Il semble que chacun reste sur ses positions. Ma préoccupation demeure que tout le monde soit respectueux du patrimoine. Comme Ville, nous avons cité ce site et on veut s'assurer que le Domaine Beauséjour conserve son aspect patrimonial. J'espère que celui qui tranchera s'assurera que tout soit conforme à la politique que nous avions établie.»

Tout indique donc que ce dossier d'une inexplicable complexité continuera à s'embourber. «J'ai cru que j'aurais possiblement pu rapprocher les parties», confesse M. Angers. «Nous avons deux versions des choses et chacun croit avoir raison. Je n'ai pas à juger qui a tort et qui a raison. Je me suis soumis comme médiateur, mais il semble que le dossier soit complexe. J'aurai fait mon bout de chemin.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer