Shawinigan veut harmoniser ses noms de rues

Le maire Angers estime qu'il est maintenant temps... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le maire Angers estime qu'il est maintenant temps d'harmoniser les noms de rues à Shawinigan.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Sur le même thème

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Continuellement balayé sous le tapis depuis la fusion municipale, le projet d'harmoniser les noms de rues des sept secteurs de la ville de Shawinigan devrait finalement se réaliser en 2014. Le maire, Michel Angers, a annoncé mercredi midi qu'un comité serait mis en place cette année pour se pencher sur cette délicate question.

«Nous sommes une des rares villes au Québec à ne pas avoir encore fait le tour du jardin de ce côté», a-t-il lancé devant une centaine de membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan.

«Trois-Rivières s'est rapidement mise à la tâche en harmonisant sa toponymie. Nous avons du travail à faire. On pense que les citoyens sont mûrs pour aller de l'avant.»

Avec la controverse sur les défusions, l'ex-mairesse Lise Landry n'avait jamais osé ouvrir cette boîte de Pandore.

En 2006, le conseil municipal estimait qu'une facture de 300 000 $ ne valait pas la peine d'être investie pour éliminer les quelque 200 doublons qui parsèment la ville. Par exemple, on retrouve une 23e Avenue dans les secteurs Lac-à-la-Tortue, Shawinigan et Grand-Mère.

Le couvercle avait donc été mis sur la marmite et il n'avait plus jamais été retiré sous le règne de Mme Landry.

Au printemps 2011, la conseillère du district du Rocher et présidente de la Commission de la toponymie, Lucie DeBons, estimait que le sujet divisait encore trop le conseil pour aller de l'avant.

Moins de deux ans plus tard, M. Angers annonce que la Ville réglera ce dossier délicat une fois pour toutes. Il se base notamment sur le sondage réalisé l'automne dernier, dans le cadre du 10e anniversaire de Shawinigan, pour estimer que le temps est venu d'harmoniser les odonymes. Il rappelle que lors de cette consultation, 88 % des répondants avaient exprimé une opinion positive de leur ville et 89 % ressentaient un fort sentiment d'appartenance à l'endroit de Shawinigan.

«Les gens nous ont dit que les citoyens sont mûrs pour aller de l'avant, faire autre chose que d'y réfléchir et passer à l'acte», souligne-t-il.

«Un comité de travail se mettra en place en 2013 pour nous assurer que Shawinigan deviendra une ville unifiée, tout en gardant le sentiment d'appartenance pour nos secteurs.»

«Je vais encore à Sainte-Flore, même si c'est fusionné àGrand-Mère depuis 40 ans», ajoute-t-il. «Ça ne dénature pas le village. Mais en même temps, il faut tous regarder dans la même direction.»

Dans l'esprit du maire, il ne fait aucun doute que l'harmonisation des noms de rues doit se faire un jour ou l'autre. Inutile de se cacher la tête dans le sable plus longtemps.

«Le sentiment d'appartenance se développe de plus en plus», observe-t-il. «Quand on est une ville, que ce soit pour les lettres à la poste ou le GPS, il faut être une seule entité légale. Il faut donc harmoniser, faire comme toutes les autres villes du Québec.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer