«Pillage» au Domaine Beauséjour: les propriétaires demandent l'aide des élus

Stéphane Montmorency et Manon Paquet lors de l'annonce... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Stéphane Montmorency et Manon Paquet lors de l'annonce de leur acquisition du Domaine Beauséjour en décembre.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Stéphane Montmorency et Manon Paquet tiennent à faire savoir à toute la population de la région que le Domaine Beauséjour du secteur Saint-Gérard-des-Laurentides, acquis en décembre, a été dépouillé de plusieurs pièces de collection par ses anciens propriétaires, Robert Pilotte et Danièle Richard.

Des procédures légales ont été entamées pour les récupérer et parallèlement, le couple originaire de Montréal sollicite l'appui des élus du conseil municipal de Shawinigan, qui avait désigné patrimonial cet ancien domaine privé de chasse et de pêche en juillet 2009.

M. Montmorency s'est présenté au micro à la période de questions lors de la première séance régulière de l'année, hier soir à l'hôtel de ville.

Le nouveau propriétaire a expliqué aux élus comment il avait été floué dans cette transaction. Selon son témoignage, plusieurs artefacts ont disparu entre le moment de ses visites à l'automne et l'acquisition du domaine, le7 décembre.

Selon un décompte sommaire, quatre ou cinq canots de grande valeur, un traîneau, un soufflet pour la forge, une hache à équarrir, un superbe heurtoir en cuivre en forme de tête de lion et des rabots sont disparus. Des détails qui contribuaient au charme du site.

«C'est comme si on avait enlevé les traits du visage d'une personne», image M. Montmorency.

«Pendant nos visites, autantM. Pilotte que Mme Richard nous avaient juré que tout ce qui était patrimonial resterait sur le site. Nous nous sommes fiés à leur parole. Nous avons été naïfs.»

M. Montmorency convient que tous les artefacts de la propriété n'étaient pas énumérés dans l'acte de vente conclu entre les parties. Il considère avoir été trompé par le discours rassurant des anciens propriétaires.

Le couple sollicite l'appui moral du conseil municipal, étant donné la valeur sentimentale attribuée à cette propriété.

«Je considère que toute la population a été flouée parce que ces artefacts appartiennent au site», insiste M. Montmorency. «En fait, les personnes qui ont possédé le Domaine Beauséjour le moins longtemps se sont permis de faire main basse sur des artefacts pour des sommes ridicules.»

Le maire, Michel Angers, entend le désarroi des nouveaux propriétaires. «La Ville de Shawinigan peut difficilement s'ingérer dans un litige privé», fait-il remarquer. «Mais si le domaine a été cité historique, c'est qu'il avait une grande valeur à nos yeux. Nous prendrons rendez-vous et nous discuterons ensemble pour y voir plus clair.»

Josette Allard-Gignac, représentante du conseil sur le comité du patrimoine, tombe des nues en prenant connaissance de ces informations. «Je trouve ça triste», commente-t-elle.

Le conseiller du district des Montagnes, Serge Aubry, apporte aussi son support au jeune couple.

Incongruité

La population régionale avait commencé à découvrir le Domaine Beauséjour au cours des dernières années, particulièrement grâce à la création de la populaire Bourgade du père Noël qui était organisée à cet endroit en décembre.

L'événement a été annulé cette année en raison de cette transaction. Par contre, les nouveaux propriétaires souhaitent éventuellement organiser des activités culturelles ouvertes au public sur ce site.

En décembre, M. Pilotte avait mentionné qu'il avait décidé de vendre cette propriété acquise en septembre 2011 pour se consacrer plus activement à sa carrière politique. Il s'était présenté sous la bannière du Parti libéral aux dernières élections provinciales, se classant au troisième rang dans Saint-Maurice. Il est ensuite devenu président de l'association de comté.

«C'est du pillage!», s'emporte M. Montmorency. «Et cet homme veut représenter la population! C'est d'une dichotomie totale.»

M. Montmorency a même demandé la protection de la Sûreté du Québec, avant les Fêtes, pour décourager M. Pilotte de se représenter sur ce site.

«Je ne veux plus jamais le voir», tranche-t-il. «Il est devenu persona non grata au domaine.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer